Ces zones érogènes masculines à ne pas délaisser


Sensuelle Estelle 27 novembre 2019

Le plaisir d’un homme ne se ressent pas uniquement au niveau du pénis…

Ces zones érogènes masculines à ne pas délaisser

Le péché mignon de ces hommes ? La fellation (sans grande surprise) ! . Mais est-ce une raison suffisante pour bouder ces autres recoins sensibles de l’anatomie masculine ? Vous pourriez être grandement surpris.e.s… Voici un petit listing des zones érogènes masculines (parfois) insoupçonnées.

Ne « téton »ne pas

Vous pensiez que seules les femmes étaient sensibles du téton ? Que nenni ! Pour un homme sur deux, cette partie du corps serait une zone érogène aussi en proie au plaisir. Alors laissez votre bouche s’aventurer sur ces mamelons pour y déposer quelques baisers. Faites dériver votre langue sur le bout ou bien ajoutez-y un peu de mordant, en vous adaptant aux réactions et aux envies de votre partenaire.

Ne te freine pas

Le frein, c’est le pénis ? Erratum ! Le frenulum, c’est un petit bout de chair qui joint le prépuce au gland. Cette région possède une grande sensibilité, la délicatesse est donc essentielle. Commencez par quelques coups de langue, tout en douceur. Profitez-en pour accompagner votre jeu de langues avec votre main par des va-et-vient le long de la verge, en pressant légèrement le frein.

Tu peux glander

Après le frein, pourquoi ne pas monter un étage plus haut ? Au niveau du gland… Lors d’une fellation, vous pouvez tout aussi bien le suçoter, en aspirant légèrement le bout du pénis. Vous pouvez l’effleurer avec votre langue, en partant de la base jusqu’au sommet. Ou faites tournoyer votre langue autour, comme si vous léchiez une glace. Mais restez prudent.e, certains hommes ont un gland très sensible.

On ne s’en bats pas les couilles

Pendant une turlutte, pourquoi ne pas descendre vers les bourses de monsieur (pas pour lui faire les poches) ? Faites juste attention, les boules sont à manier avec douceur, pas comme une balle antistress. Caressez-les en même temps que vous avez en bouche le pénis de votre partenaire. Ou laissez votre main s’occuper de sa verge, en glissant votre langue sur ses testicules.

Faites le point P

Comment parler des zones érogènes de ces hommes, sans évoquer la prostate ! C’est une zone bourrée de terminaisons nerveuses et si vous la stimulez « bien », le plaisir peut être au rendez-vous. Mais l’envie peut ne pas être présente chez votre partenaire. Car oui, rien que l’idée de se faire caresser l’anus peut en rendre nerveux certains. Si dans le cas inverse, monsieur serait ravi d’expérimenter le toucher rectal autrement que chez le médecin, commencez déjà par un anulingus. Puis lubrifiez vos doigts de salive ou de gel et introduisez-en un, à la recherche de cette petite boule. Vous pouvez aussi demander à votre partenaire de vous guider, en fonction des sensations qu’il ressent.

À lire aussi…

L’art de s’exciter sans toucher au sexe !

Se masturber pour réduire les risques du cancer de la prostate ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru