Embrasser, le nouveau mode de transmission de la gonorrhée ?


Sensuelle Estelle 2 janvier 2020

Jusque-là, les rapports sexuels n’étaient que le seul moyen de transmettre la gonorrhée. Une étude mettrait en lumière un nouveau mode de transmission pour cette infection.

Embrasser, un nouveau mode de transmission de la gonorrhée ? IST

Chaque année, 78 millions de personnes sont infectées par la gonorrhée, rapporte l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Jusqu’à présent, cette infection, plus communément appelée chaude-pisse, était connue pour se transmettre exclusivement par voie sexuelle : plus précisément, durant les relations sexuelles (vaginales, anales ou orales) ou via le partage de sextoys. Ainsi, il était cohérent d’ajouter la gonorrhée à la longue liste des infections sexuellement transmissibles. Mais plus vraiment désormais…

Le baiser avec la langue, une nouvelle façon de contracter la gonorrhée

Ce sont des scientifiques australiens qui aboutissent à cette conclusion, d’après leur parue en mai 2019 dans Sexually Transmitted Infection. Plus de 3 000 hommes gays et bisexuels, dont 6% porteurs de l’infection au niveau de la gorge, ont été sondées. Les chercheurs remarquent alors que les hommes ayant embrassé un nombre élevé de partenaires, rapport sexuel ou non, ont plus de chances d’attraper la gonorrhée buccale.

« Ces données remettent en cause les modes de transmission de la gonorrhée connus depuis 100 ans, où le pénis d’un partenaire est considéré comme la source de l’infection de la gorge«, s’exprime l’auteur principale de l’étude, , dans Washington Post.

Un bain de bouche pour éviter de contracter la gonorrhée buccale

Seuls les antibiotiques soignaient la blennorragie buccale. Mais depuis quelques années, une résistance du gonocoque face aux antibiotiques s’observe : « La bactérie responsable de la gonorrhée est particulièrement intelligente. En effet, à chaque fois que nous utilisons une nouvelle classe d’antibiotiques pour traiter l’infection, la bactérie évolue pour y résister » explique Teodora Wi, médecin, au Département Santé reproductive à l’OMS.

Mais depuis la découverte des chercheurs australiens, de nouveaux traitements pourraient être élaborés pour vaincre la gonorrhée. « Nous savons qu’il est peu probable que les gens arrêtent de s’embrasser et notre équipe effectue déjà un essai clinique pour déterminer si l’utilisation quotidienne d’un bain de bouche pourrait prévenir la blennorragie« .

En espérant que cela fonctionne, ce bain de bouche « pourrait être une intervention simple et peu coûteuse pour tout le monde«, estime Eric Chow.

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

Vaincre le vaginisme ? Des solutions existent

Chlamydia, dépistage systématique


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru