Sexe : Quels sont les risques d’IST lors d’un cunnilingus ?


La rédaction 19 décembre 2018

Le cunnilingus est à faible risque pour la transmission du VIH. Cette activité est beaucoup moins risquée qu’une pénétration vaginale ou anale. Mais des cas d’IST par cette voie de transmission sont régulièrement rapportés. On vous dit tout pour vous en protéger…

Dans un précédant article nous vous apprenions que 85% des hommes affirment avoir déjà fait un cunnilingus au moins une fois dans leur vie (article à lire), selon la dernière enquête Contexte de la sexualité en France.

Cette caresse buccale séduit à 70% les 25-49 ans qui la pratiquent régulièrement. Il est recommandé de ne pas se brosser les dents avant un rapport oral afin de limiter les risques de transmission d’un virus

Chaque chose en son temps

Dans le cas où vous seriez tous deux « intégralement » vierges :

Y compris sans aucun rapport bucco-génital avec d’autres partenaires (et n’êtes pas usagers de drogue par voie intraveineuse), il n’est pas nécessaire de faire cette batterie de tests !

Si la relation est stable et régulière

Il vous appartient à tous deux, quand vous avez une relation stable avec le/la même partenaire, de faire les tests nécessaires pour être rassuré(e)s.
Car sachez que la plupart des infection sexuellement transmissible (IST) ne présentent pas de symptômes visibles…

Le contact de la bouche avec les sécrétions sexuelles « peut entraîner » la contamination, par une IST.
Celles-ci ne mettant pas toutes le même temps à se développer dans l’organisme, considérez qu’un dépistage complet est possible 6 semaines après le dernier rapport à risque.

Dans certains cas, votre médecin peut exiger un nouveau test à 3 mois pour vérifier « l’hépatite B et/ou C ».

En cas de « one-night stand »

Propice aux contaminations d’IST, le cunnilingus n’est pas en principe une pratique à risques pour le sida. Mais le risque augmente lorsqu’il y a contact avec le sang de la partenaire, notamment durant les règles, ou encore si celui qui lèche présente des petites lésions dans la bouche ou sur les lèvres.

En principe les muqueuses de la bouche constituent une barrière que le virus ne peut traverser. D’où l’importance de n’utiliser ni bain de bouche, ni de pratiquer le brossage avant un acte oral.

Vous pouvez toujours vous protéger en utilisant une digue dentaire (article à lire) ou plus simplement un préservatif masculin découpé dans la longueur et posé entre la vulve et votre bouche.

À lire aussi >> DJ Khaled refuse un cunnilingus à sa femme !


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru