Comment pratiquer la sodomie sans douleur ?


Frédérique Hédon 30 décembre 2019

Chaque fois que je pratique la sodomie avec mon ami, je ressens des douleurs. Il aime beaucoup ça, mais moi, j’ai mal à chaque fois ! Existe-t-il une façon particulière de le faire sans souffrir ?

Comment pratiquer la sodomie sans douleur ?

Notre sexothérapeute, Frédérique Hédon, apporte sa réponse.

Vous ne donnez aucune précision sur la façon dont vous vous y prenez, en particulier sur le plan des préliminaires avant la pénétration anale. Il m’est donc difficile de savoir s’il s’agit d’un simple manque de préparation ou s’il y a un problème local pouvant expliquer vos douleurs.

D’une façon générale, il est nécessaire de préparer le sphincter anal avant toute sodomie. Ce sphincter (muscle en forme d’anneau) est en effet très puissant, dont l’état de base est d’être fermé, sinon complètement, du moins en grande partie.

Pour que la pénétration anale puisse se faire plus facilement et qu’elle ne soit pas douloureuse, il faut donc détendre le sphincter anal en commençant par pénétrer avec un doigt, puis deux, et effectuer un massage circulaire progressif pour l’aider à s’ouvrir. L’utilisation, en complément, d’un lubrifiant est fortement conseillée.

Il est également possible de pratiquer l’anulingus, ne serait-ce que pour s’habituer au plaisir anal. Et ainsi être plus détendue en vue d’une éventuelle sodomie.

Enfin, il faut que la personne pénétrée participe activement à l’ouverture du sphincter anal en « poussant », c’est-à-dire en faisant comme si elle allait aux toilettes.

En outre, il est préférable que vous en ayez envie personnellement au lieu de simplement l’accepter pour faire plaisir à votre partenaire. En effet, si le désir est manquant, il s’avère difficile de décontracter le muscle, et sa crispation partielle rend l’acte désagréable, voire douloureux.

Pratiquer l’anal de cette façon, c’est-à-dire sans réelle, peut engendrer des déchirures anales, par exemple. Et par conséquent, finir par créer du dégoût vis-à-vis de cette pratique.

Enfin, si votre façon de vous y prendre respecte les principes de base d’une sodomie réussie et que vous avez quand même mal, il vous faut vérifier qu’il ne s’agit pas d’un problème local d’ordre médical, tel que des hémorroïdes ou dune fissure anale. Pour cela, un seul moyen: il faut aller voir votre médecin.

(Photo à la une : Getty Images)

Autres conseils sexo…

Quelles sont les pratiques sexuelles à risque ?

Quelles sont les recommandations d’hygiène lorsqu’on pratique la sodomie ?

Peut-on pratiquer la sodomie en ayant des hémorroïdes ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru