Est-il normal d’être dégoûté par une fille après avoir couché avec elle ?


Frédérique Hédon 19 juin 2015

Sabri, 26 ans.

Bien que j’ai tendance à éviter les réponses trop tranchées, sachant bien que les choses sont rarement noires ou blanches, mais bien plus souvent dans toutes les nuances de gris possibles, je ne peux pas prétendre qu’il soit normal de ressentir systématiquement du dégoût envers la fille avec qui l’on vient de coucher. Je pense que êtes confronté à deux forces internes s’opposant l’une à l’autre. Pour vous la sexualité est toujours tabou, et cela remonte votre petite enfance et aux représentations qui se sont mises en place quand vous cherchiez à comprendre les choses du sexe. Mais, par ailleurs, votre libido s’est développée normalement et vous ressentez des désirs puissants en contradiction avec vos tabous. Quand vous cédez à vos pulsions sexuelles et couchez avec une femme, vous arrivez à mettre vos interdits de côté, le temps du rapport sexuel, mais une fois votre élan irrépressible satisfait, vos craintes reprennent le dessus et provoquent ce sentiment de dégoût qui vous étonne. Dans la mesure où vous êtes encore très jeune, on pourrait espérer une évolution progressive satisfaisante, mais vous risquez de perdre un temps précieux et il serait plus raisonnable de consulter un spécialiste de la sexualité, histoire de surmonter ces tabous qui risquent fort de vous gâcher la vie.

Étiquette:
À propos de l’auteur
Frédérique Hédon

Frédérique Hédon

En tant que médecin généraliste, Frédérique Hédon a rapidement compris l’importance de la santé sexuelle sur l’équilibre des individus et des couples. C’est ce qui l’a amenée à devenir médecin sexologue et andrologue, tout en se formant à la pratique de la psychothérapie individuelle et conjugale, aux thérapies comportementales, à l’hypnose et à la relaxation. Consultante dans le service de Médecine Interne, elle a créé l’une des toutes premières consultations hospitalières de sexologie à l’hôpital Henri Mondor. En tant que présidente du SNMS (syndicat national des médecins sexologues), elle a activement participé à la reconnaissance de la pratique médicale de la sexologie en France. Membre de la SFSC (société française de sexologie clinique), de l’AIUS (association inter universitaire de sexologie), de l’EFS (Fédération européenne de sexologie) et de l’ISSIR (Société internationale de médecine sexuelle et impuissance), elle a participé à de multiples projets de recherche et d’enseignement en France et aux États-Unis, dont les essais cliniques pour les médicaments destinés à soigner les troubles de l’érection. Auteur de Chagrins d’amour (Larousse, 2008) et de La sexualité féminine (Flammarion, 1999), Frédérique Hédon a également écrit de nombreux articles pour la presse médicale pour la presse grand public (Voici, Top Santé, Marie-Claire...) Elle conseille les lecteurs du magazine cmsforever.ru depuis plus de dix ans.

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru