Ma belle mère m’attire, je ne sais plus quoi faire ?


Frédérique Hédon 22 août 2019

Je ne sais pas comment vous le dire autrement : je suis attiré par ma belle-mère. Elle a 45 ans et en paraît 10 de moins, elle est terriblement sexy et s’habille comme sa fille (ma petite amie, de 21 ans). Moi-même j’en ai 24. À chaque fois que nous nous rendons chez elle (elle est divorcée) je suis plus ému que si j’avais un rendez-vous avec une fiancée. En plus, elle me prend pour l’homme de la maison. J’ai l’impression de tomber amoureux. Le pire étant qu’elle le sait, j’en suis sûr et qu’elle en joue. Je ne sais vraiment plus quoi faire. Avant j’attendais les invitations à déjeuner chez elle, maintenant c’est moi qui les provoque.

> La réponse de notre sexothérapeute, Frédérique Hédon

Qu’un homme de 24 ans puisse avoir envie d’une femme de plus de 40 ans n’a rien d’exceptionnel, surtout si cette dernière est jolie, sexy et paraît plus jeune. À l’heure actuelle, à 45 ans une femme est en pleine possession de sa féminité et les conventions sociales lui permettent de s’habiller comme bon lui semble sans qu’on puisse le lui reprocher. Quand en plus il n’y a pas d’homme aux alentours, c’est la porte ouverte à tous les fantasmes et vous me semblez être en plein dedans. Au fond, si elle n’était pas la mère de votre copine, rien ne vous empêcherait de vérifier si elle se contente de jouer à vous séduire ou si cela pourrait aller plus loin. Mais la situation réelle, où votre petite amie est effectivement sa fille, risque de provoquer un drame à plusieurs niveaux. En agissant ainsi vous risquez de rendre votre copine jalouse et malheureuse, voire de provoquer une rupture entre elle et vous. Mais vous risquez aussi de provoquer un conflit plus ou moins grave avec sa propre mère. Car elle pourrait reprocher à sa mère d’avoir provoqué son amoureux en se mettant en compétition avec elle sans tenir compte de sa sensibilité.

(Image à la une : Getty Images)

A lire sur le même sujet

>En couple avec un homme, je fantasme sur les femmes. Que faire ?

À propos de l’auteur
Frédérique Hédon

Frédérique Hédon

En tant que médecin généraliste, Frédérique Hédon a rapidement compris l’importance de la santé sexuelle sur l’équilibre des individus et des couples. C’est ce qui l’a amenée à devenir médecin sexologue et andrologue, tout en se formant à la pratique de la psychothérapie individuelle et conjugale, aux thérapies comportementales, à l’hypnose et à la relaxation. Consultante dans le service de Médecine Interne, elle a créé l’une des toutes premières consultations hospitalières de sexologie à l’hôpital Henri Mondor. En tant que présidente du SNMS (syndicat national des médecins sexologues), elle a activement participé à la reconnaissance de la pratique médicale de la sexologie en France. Membre de la SFSC (société française de sexologie clinique), de l’AIUS (association inter universitaire de sexologie), de l’EFS (Fédération européenne de sexologie) et de l’ISSIR (Société internationale de médecine sexuelle et impuissance), elle a participé à de multiples projets de recherche et d’enseignement en France et aux États-Unis, dont les essais cliniques pour les médicaments destinés à soigner les troubles de l’érection. Auteur de Chagrins d’amour (Larousse, 2008) et de La sexualité féminine (Flammarion, 1999), Frédérique Hédon a également écrit de nombreux articles pour la presse médicale pour la presse grand public (Voici, Top Santé, Marie-Claire...) Elle conseille les lecteurs du magazine cmsforever.ru depuis plus de dix ans.

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru