La masturbation solitaire, un danger pour le couple ?


Sensuelle Estelle 22 novembre 2019

95% de la gent masculine sa paluchent, suivi de près des femmes qui sont 74% qui s’y adonnent… et si on commençait à en parler dans son couple ?

La masturbation solitaire met-elle vraiment le couple en péril ?

Le passé houleux de la masturbation, autrefois qualifiée d’immorale, semblerait révolu. Désormais, l’onanisme s’est démocratisé dans la sexualité : . Pourtant, la masturbation éveillerait encore un sentiment de honte et de culpabilité et se cantonnerait à une pratique en solitaire. Elle serait aussi considérée comme un privilège de célibataires ! « Quand on pose en consultation la question ‘Est-ce que vous vous masturbez ?’, la première réaction des patients, c’est de répondre ‘Ah, mais non, je suis en couple‘ », confiait la psychologue clinicienne et sexologue, Morgane Xhonneux, dans .

« L’onanisme n’est pas l’apanage des célibataires en mal de partenaires »

Et avalise ce point : la proportion des femmes qui se caressent au moins une fois par semaine reste équivalent, qu’elles soient en couple (13%) ou célibataire (15%). Du côté de la population masculine, peu de chiffres sont relatés. Mais vu la présence de certains articles comme « mon mari se masturbe souvent, dois-je m’inquiéter ? » ou « je suis en couple et mon mec continue de se masturber », penser que certains hommes en couple se pelotent en solo serait loin d’être incohérent. Mais pourquoi diable, la masturbation solitaire en couple surprend-t-elle ? Voire même préoccupe ?

Elle renverrait une image liée à l’insatisfaction sexuelle, et ce, en particulier pour les femmes. Le sexothérapeute Philippe Arlin le constate : « la gent féminine a tendance à considérer l’onanisme comme une attaque personnelle« Il faut « dédramatiser la masturbation solitaire au sein d’un couple car ce n’est ni un acte pervers, ni de la tromperie », atteste le gynécologue Sylvain Mimoun. Chez certains hommes, se masturber représente une habitude, très souvent ancrée depuis l’adolescence. Par ailleurs, cette parenthèse solitaire, « les hommes le ressentent comme un besoin de libérer leur tension », précise le docteur Mimoun. Et pour les femmes aussi !

La masturbation peut, certes, assouvir des pulsions à cause d’un désir sexuel plus prononcé. Voire une frustration face à un fantasme non partagé avec son partenaire, mais ce n’est pas toujours le cas ! Le professeur Francesco Bianchi-Demicheli insiste bien qu' »avoir une vie sexuelle active et épanouie et se masturber à côté » n’est pas impossible. Il est donc important de ne pas diaboliser trop vite cette pratique auto-érotique si on est en couple.

Et si la masturbation devenait un partage ?

Plus souvent les hommes, notamment dans un couple hétérosexuel, « s’ils découvrent leur femme en train de se masturber, c’est plutôt quelque chose d’excitant pour eux », explique Sylvain Mimoun. Dès lors, si la masturbation devient réciproque, elle peut être un nouveau terrain de jeu dans la sexualité du couple : elle permet, par exemple, de faire monter le désir avant de se jeter l’un sur l’autre, ou bien juste de jouer sur cette notion de voyeuriste/exhibitionniste.

Inviter la masturbation comme une pratique mutuelle dans le couple peut aussi avoir un côté « éducatif ». Se regarder tout en se caressant permet de noter certains gestes et/ou certains rythmes plus susceptibles de donner du plaisir. Le voir peut être d’ailleurs plus facile que le dire à son/sa partenaire, qui peut susciter la peur de vexer l’autre.

Mais au départ, il faut s’assurer que l’envie de se masturber devant l’autre soit réciproque. Car il n’est pas toujours aisé de montrer cette intimité masturbatoire à l’autre. Et cela nécessite que les partenaires soient « très libres dans l’expression de leurs plaisirs et de leurs besoins respectifs ». En revanche, si les deux parties en ressentent l’envie, l’utilisation d’un bandeau peut effacer cette angoisse de se montrer : à tour de rôles, un des partenaires se cachent les yeux, tandis que l’autre se masturbe.

Il ne faut pas oublier que ce partage doit rester un plaisir ! Et non, une quête ultime de l’orgasme.

À lire aussi…

Conseils pour une masturbation féminine en solo (sans sextoy et sans les mecs !)

Addict à la masturbation : les signes qui ne trompent pas

Étiquette:

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru