Zoom sur l’orgasme prostatique, un orgasme planant


Clarisse Luiz 12 mars 2019

L’orgasme prostatique est encore considéré comme tabou, pourtant il ouvre la porte à des sensations de plaisir inédites…

Prostate - cmsforever.ru

Si les femmes ont un point G, les hommes ont eux aussi un point particulièrement érogène : le « point P » qui vient de la prostate.

C’est quoi la prostate ?

La prostate est une petite glande interne entre le pénis et l’anus située à sous la vessie, à l’avant du rectum. Elle est souvent évoquée dans un contexte peu réjouissant, le cancer de la prostate, pourtant lorsqu’elle est stimulée c’est une grande source de plaisir. 

La glande à l’origine de l’orgasme de la prostate peut se sentir facilement en introduisant un doigt dans l’anus de l’homme. C’est une zone facilement accessible que l’on peut sentir en introduisant totalement son index. Sa consistance est molle « comme une balle en mousse. »

« Quand elle est stimulée par les doigts ou par un masseur, elle se contracte pour laisser échapper le liquide prostatique », explique  à .

C’est comment un orgasme prostatique ?

L’orgasme prostatique est différent de l’orgasme classique lors d’une masturbation ou d’un rapport sexuel car le plaisir prostatique ne vient pas subitement. Les hommes qui l’ont testé parlent de sensations décuplées.

Les orgasmes prostatiques peuvent durer de 15 secondes à plus de 2 minutesne sont pas accompagnés d’éjaculation et s’enchainent. Dès que vous aurez un orgasme, c’est reparti pour un nouvel orgasme plus violent que le précédent, et ainsi de suite. On parlera de Super-O au dernier stade de l’orgasme de la prostate : des cris de plaisirs impossibles à retenir et un corps tremblant de toute part qu’on ne contrôle plus. Le Super Orgasme c’est quand tout le corps devient orgasmique. Le simple effleurement d’une jambe, une main, le visage ou tout autre partie de votre anatomie entraînera un orgasme.

Pourquoi est-il tabou ?

Si la stimulation de la prostate n’est pas très répandue et reste encore taboue c’est par ce qu’elle est souvent associée – à tort – aux rapports gays. Les hommes hétérosexuels imaginent qu’apprécier qu’on stimule leur anus ferait d’eux des homosexuels alors que cela n’a rien avoir avec l’orientation sexuelle.

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

Préliminaires : ce qu’il faut savoir

Se masturber pour réduire les risques de cancer de la prostate ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru