On vous explique l’érection féminine


Clarisse Luiz 21 juin 2019

Les hommes peuvent avoir des érections, qu’ils soient excités ou non. Les femmes ont-elles quelque chose de similaire ?

Que ce soit pour parler performance, de dysfonction érectile ou  de priapisme, l’érection masculine est bien souvent au centre de toutes les discussions liées au sexe. L’érection féminine qui existe pourtant autant que l’érection masculine est un phénomène méconnu aussi bien des femmes que des hommes.

Comment se manifeste l’érection féminine ?

L’érection féminine suit un processus progressif. Le clitoris, au repos, est mou et ses parois sont resserrées l’une contre l’autre. Sous l’effet de l’excitation et en gonflant, le clitoris dont seule une petite partie est visible va « sortir » de sa cachette. 

Tout comme chez l’homme, son érection se manifeste par une augmentation importante de l’afflux sanguin. C’est cet afflux qui va provoquer la contraction du gland clitoridien. S’ensuit une dilatation des tissus qui vont devenir élastiques.

L’érection augmente l’excitation et la lubrification naturelle du vagin. Un clitoris en érection est fin prêt à passer à l’acte sexuel. 

Si l’homme peut être en érection en quelques minutes, il n’en va pas de même pour la femme chez qui la phase d’excitation sexuelle est plus longue. Selon le le psychiatre et sexologue Philippe Brenot, auteur du livre Le Sexe et l’Amour, il faudrait au moins 15 minutes au clitoris pour être réellement en érection.

Est-elle plus intense que celle de l’homme ?

Le clitoris en tant qu’homologue du pénis possède comme lui pas moins de 8000 terminaisons nerveuses. Mais chez la femme, cette zone érogène est bien plus petite et le réseau des terminaisons plus dense. La stimulation provoque donc une décharge et un degré d’intensité plus intense.

Et les érections inopportunes ?

Nous savons que les hommes peuvent avoir des érections sans aucune raison, aux moments les moins opportuns. Les femmes aussi sont sujettes à ces moments d’excitation parfois indésirables et involontaires. 

Le Dr Rullo interrogé par explique qu’entre femmes et hommes, le lien entre excitation mentale et excitation physique varie beaucoup. Cette corrélation serait inférieure à 30% chez les femmes et plus proche de 70% chez les hommes. En d’autres termes, l’excitation mentale d’une femme ne correspond pas à son excitation physique, ou vice versa.

Une étude faite sur des femmes qui devaient regarder du contenu érotique en laboratoire a démontré qu’elles réagissaient même à des images auxquelles elles ne disaient pas être attirées sexuellement. Que ce soit deux hommes, deux femmes, un homme et une femme ou même des singes ayant des relations sexuelles, les femmes étudiées montraient des signes d’excitation génitales. Les hommes à l’inverse ne démontraient une excitation sexuelle qu’aux acteurs et aux images qui les excitaient psychologiquement.

En résumé, les femmes réagiraient sexuellement à une gamme de stimuli beaucoup plus large que les hommes et ont donc beaucoup plus de chances d’avoir des érections non désirées. Une explication qui proviendrait en partie de l’historique biologique, les femmes auraient plus intérêt à lubrifier fréquemment, même sans stimuli psychologique, pour éviter les blessures vaginales…

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

Le maillot de bain anti-érection signé Pornhub

Atteindre l’orgasme par stimulation des seins ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru