La drague sous alcool : la fausse bonne idée ?


Flore Cherry 22 juillet 2019

Si l’alcool désinhibe, on vous donne les règles de base pour éviter de tomber dans les pièges de la dépendance ou de la baisse de performance sexuelle. Boire ou séduire ? Dans certains cas, il faut choisir…

drague sous alcool : fausse bonne idée

Ca y’est, l’été arrive, et avec lui, l’envie de se transformer en expert de la drague au bord de la plage.
Avec un petit rhum-coco à la main pour se désinhiber ? Eh bien, allons-y pour le « rhum-coco », tant que cela reste raisonnable et occasionnel. C’est-à-dire que cela nous vous serve pas de moyen d’oublier vos complexes, votre timidité ou vos quelques kilos en trop…

Et en passant, les kilos ne disparaissent pas avec l’alcool, boisson qui est assez calorique en elle-même (il faut compter à la louche une centaine de kilocalories par verre de vin, autant manger une banane et quelques fruits secs à ce prix là, mais ce n’est pas le problème) là où vous marquez un point, c’est que l’alcool peut fluidifier les relations sociales.

Pourquoi l’alcool et la drague, ça fonctionne ?

L’éthanol, un psychotrope bien connu de notre métabolisme depuis des siècles, joue sur une multiplicité de neurotransmetteurs, active la sécrétion de d’endorphine, de dopamine et de sérotonine, des hormones qui nous mettent de bonne humeur et donc dans de meilleurs conditions sociales.

Pour Dr. Laurent Karila, psychiatre spécialisé dans l’addictologie, si l’alcool désinhibe, le risque chez les timides c’est qu’il devienne petit à petit l’unique vecteur de désinhibition. “Il faut impérativement trouver une autre méthode que boire en soirée pour retrouver une bonne dose de confiance en soi. Par exemple, pourquoi ne pas faire des exercices de lâcher prise ou d’auto-hypnose ? Se rappeler des moments sereins, de pleine confiance, peut amener à des résultats très probants.”

Mais notre addictologue nous le confirme : vous n’êtes pas obligé de vous fouetter après un verre de temps en temps, en soirée ( quoi “dommage” ?)
Si vous sentez que cette béquille revient un peu trop souvent, n’hésitez pas à vous fixer quelques règles !

Et si on définissait le “avec modération” de l’alcool ?

Selon le Dr. Laurent Karila, les bonnes recommandations aujourd’hui sont de “2 verres par soir, avec deux jours d’écart entre chaque.
Ou une petite dizaine de verres par semaine (pas tous le même soir, hein.)

Autre astuce ? On évite au maximum de garder son verre en main et on s’entraîne à le poser sur une table après chaque gorgée (ça évite également de le renverser sur le dancefloor du camping ou le parquet de ses amis, et donc des conflits inutiles).

Et au lit, l’alcool ça aide pour une partie de baise torride ?

Si l’alcool peut aider à ressentir plus de désir sexuel (car il désinhibe) et à se croire plus performant, il peut biaiser nos croyances sur nos compétences réelles et même sur le consentement ou les motivations de notre « crush ».

Notre addictologue nous le confirme “Si la solution c’est systématiquement de boire de l’alcool pour baiser, à terme, on risque des troubles du désir, de la lubrification ou de l’érection.

Réponse donc : non, ça n’aide pas vraiment.

Mais n’oubliez pas tout de même de boire beaucoup d’eau, faire l’amour, c’est comme l’alcool, ça déshydrate !

A lire sur le même sujet :

Les mouches qui n’éjaculent pas se tournent vers l’alcool

(Image à la une : Getty Images)

À propos de l’auteur
Flore Cherry

Flore Cherry

Journaliste, blogueuse et organisatrice d'événements dans le milieu de l'érotisme, je suis une jeune fille cul-rieuse qui parle de sexe sans complexe (et avec une pincée d'humour, pour que ça glisse mieux !)

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru