5 manières de jouir sans pénétration !


Sensuelle Estelle 19 août 2019

Les hommes et les femmes se posent ou se poseront inéluctablement la question : peut-on s’éclater sans pénétrer ? La réponse est oui. 5 fois oui ! Le coït n’est pas obligatoire pour atteindre l’orgasme, en prenant en compte la pénétration

sexe sans pénétration femme homme pratiques sexuelles

Pour les femmes ?

Toutes les femmes (ou presque) vous le diront, le sexe n’est pas qu’une affaire de rapport vaginal, ou anal. Une chance, car les circonstances ne sont pas toujours réunies pour un bon vieux coït : règles, grossesse sensible, etc. Il existe, heureusement, des alternatives, d’autant que les dernières études sur le plaisir au féminin, montrent que seules un quart des femmes atteignent l’orgasme lors de la pénétration. Alors, pourquoi ne pas tenter autre-chose ?

L’OM, droit au but !

OM pour « orgasmic meditation », ou en français : méditation orgasmique. La méthode n’arrive pas de Marseille, mais des États-Unis. Il s’agit de méditer à deux à partir du point de contact qu’est le clitoris. Dans la pratique, la femme s’allonge et le/la partenaire caresse son clitoris pendant 15 minutes. Attention, l’OM est bien une pratique à part entière et non un préliminaire. Et surtout, il est à destination d’une seule bénéficiaire. Le/la partenaire est entièrement dévoué.e au plaisir de madame.

Les doigts dans le pot de miel

Il s’agit d’une stimulation clitoridienne, que les sexologues considèrent comme le moyen le plus efficace d’arriver à l’orgasme. Confirmation avec Anaïs, 36 ans : « J’ai la chance d’avoir une vie sexuelle riche et variée. Mais, pour partir, rien ne vaut mes doigts. Même lorsque j’utilise un vibromasseur, je me termine toujours à la main. C’est plus précis et plus intense. D’ailleurs, j’ai expérimenté cette méthode, y compris avec mes partenaires durant le coït et je m’arrange toujours pour glisser ma main entre les jambes quand vient pour moi le moment de jouir. » 

Le saint des seins

Les grands oubliés des rapports amoureux peuvent pourtant se révéler être de réels alliés du plaisir. La preuve est toute scientifique. Leur stimulation libère de l’ocytocine, une hormone naturelle aphrodisiaque, qui se répand dans le système sanguin pendant la stimulation. Certaines femmes en ont fait un acte sexuel en tant que tel… Même si très peu d’entre elles atteignent l’orgasme via cette unique stimulation : 1 %. C’est peu, mais si vous en faisiez partie…  

Sextoys versus boys

C’est devenu un classique depuis que les stars se répandent sur leurs usages, certaines en font même la promotion… Les Rabbit et autres boules de geisha ont pris place dans les tiroirs des tables de nuit et ne sont pas prêts de se retirer. Certaines femmes les préfèrent même à tout autres relations : « J’ai une vie sociale, j’ai même des amants, qui font plus ou moins bien l’amour… Mais je n’ai pas encore trouvé un mec qui me caresse, me lèche ou me pénètre avec autant d’intensité que ce que me fait vivre mon “Jeannot”. Son moteur est puissant, ce qui lui permet une action lente et profonde. Cela me provoque immanquablement un orgasme puissant », confie Estelle, 29 ans.

Libérer son énergie 

Comme dans la méditation, il est question de concentration et surtout de respiration. Et là encore, la méthode est américaine. La sexologue qui l’a mise au point, Barbara Carellas, fait un carton à New York et ses workshops ne désemplissent pas. Elle est capable de déclencher un orgasme en seulement quelques secondes juste avec des techniques de respiration et d’imagination. Elle libère ainsi son énergie sexuelle, qui se diffuse dans tout le corps. Un mix entre le reïki, le tantra, la méditation et même le yoga… Tout cela en fermant les yeux et en respirant.

Et pour les hommes alors ?

Il peut parfois être très jouissif de se laisser aller et de prendre son pied autrement qu’en pénétrant. Toutes les parties du corps de sa partenaire sont de véritables zones érogènes et des lieux de plaisir. La jouissance est parfois plus intense qu’un coït classique. Encore faut-il oser mettre son kiki ailleurs…

Le hotdogging 

Dans la pratique, monsieur place sa « saucisse » entre (et pas dans) les fesses de madame ou de monsieur. Ensuite, il n’y a plus qu’à s’agiter d’avant en arrière pour faire venir la sauce. 

Le coït intercrural  

Vous pouvez vous essayer à une variante du hot dog baptisée « coït intercrural ». Dans ce cas, le sexe de l’homme ne se retrouve pas entre les fesses, mais entre les cuisses de sa partenaire. Avantage, cette pratique se réalise aussi bien de dos que de face. Et donc, vous pouvez fixer les yeux de votre partenaire qui, altruiste, vous regarde jouir et vous vider.

La cravate de notaire

Il s’agit de placer le sexe de l’homme entre les seins de sa partenaire et de se livrer à des va-et-vient. L’homme rythme son plaisir, mais la femme peut accélérer le mouvement en prenant ses seins dans ses mains et donner davantage de rythme.   

Le humping

Cette pratique implique seulement des frottements au niveau de sons sexe, seul.e ou avec son partenaire. Carlos, 33 ans, l’a expérimenté : « Je venais de rencontrer ma copine, une collègue de bureau. Lors de notre séminaire annuel, elle s’est installée à côté de moi et tout en écoutant le conférencier, a commencé à me masser la bite. Seule la table nous protégeait, j’étais certain que tout le monde allait nous « cramer” et puis je me suis laissé aller. J’ai craché dans mon pantalon dans une jouissance que je ne n’avais jamais connue. Depuis, nous profitons de toutes les occasions (dîner en famille, entre amis, etc.) pour recommencer. Parfois, elle s’installe en face de moi au restaurant et elle me branle avec ses pieds. Je jouis comme un dingue et j’ai pris l’habitude d’avoir le devant de mon pantalon humide. »   

La douche c’est du propre !

Pierrick, 19 ans, a découvert les joies de la douche et de son pommeau grâce à sa chérie, très joueuse : « Un matin, Élodie m’a rejoint dans la douche et elle m’a dit, c’est moi qui te nettoie. Elle m’a regardé dans les yeux, empoigné ma queue d’une main et le pommeau de douche de l’autre. J’ai immédiatement bandé, le jet était chaud, je ne la quittais pas des yeux. Mon gland était gonflé à bloc, elle dirigeait le jet de plus en plus près. Je sentais que j’allais jouir. Je le lui ai dit, elle a souri et a rapproché encore le jet et serré la base de ma verge. J’ai tout lâché comme un fou en libérant mon sperme au rythme de sa main. Elle serrait et relâchait la pression sur la base de ma bite… C’était divin. Depuis, je lui demande régulièrement de venir prendre une douche avec moi. »

Il ne reste plus qu’à tester ce qui vous fait envie…

À lire aussi…

Dites m’en plus sur la double pénétration !

L’orgasme féminin, la pénétration vaginale est-elle suffisante ?

Ce que les femmes pensent de la pénétration anale


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru