Le spéculum repensé par des femmes


Clarisse Luiz 4 juillet 2019

Deux femmes ont réfléchis aux façons de rendre l’examen gynécologique moins inconfortable.

Aller voir un gynéco reste toujours une tâche plutôt déplaisante. Si certains spécialistes mettent tout en oeuvre pour rendre cet examen le moins désagréable possible, plusieurs études tendent à démontrer que si les femmes le redoutent, c’est à cause du spéculum. Avec sa matière froide et son cliquetis inquiétant, cet outil en forme de tête de canard n’aide pas les femmes à se détendre. Pourtant une majorité du corps médical estime que l’instrument reste efficace et adapté dans sa forme actuelle.

Une invention controversée

C’est au Docteur James Marion Sims dit le « père de la gynécologie moderne » que l’on doit le spéculum tel qu’on le connait aujourd’hui : deux lames en métal articulées et un mécanisme à vis pour les séparer et élargir le vagin pour un examen.

Conçu en 1840 dans d’horribles conditions, c’est une oeuvre du très controversée. Les expériences du Docteur étaient menées sur des femmes esclaves, le plus souvent à froid, sans anesthésie. Autant dire que le confort de ses patientes était le cadet de ses soucis.

Déjà à l’époque, la méthode du médecin suscitait quelques réserves de la part du corps médical. Non pas parce qu’il expérimentait de manière inhumaine mais parce que apparement le spéculum vaginal pervertirait les femmes. Des médecins avaient soulevé que s’introduire de cette manière dans le corps d’une femme pouvait la corrompre et faire d’elle une prostituée ou une maniaque sexuelle.

Depuis, la violence et le sexisme avec lequel James Marion Sims a développer le spéculum n’est que très peu questionnée.

Désormais repensé par des femmes

On aurait pu penser qu’en 200 ans le spéculum aurait été réinventé, mais non. On a depuis fabriqué des spéculums en plastique un peu moins froids et c’est à peu près tout.

Deux femmes lassées de cet outil désagréable ont décidé de le moderniser. Hailey Stewart et Sahana Kumar ont créé Yona, un projet de design visant à repenser entièrement l’examen gynécologique, pour le rendre moins inconfortable. Avec leur nouveau concept de spéculum en silicone incliné à 105 degrés, elles mettent le confort des femmes au coeur de leur projet.

  1. Un design en « trois bandes » permettant d’avoir un bon angle de vue sans avoir besoin d’écarter les pales de manière inconfortable.
  2. Une poignée repensée pour éloigner la main du professionnel de santé de la patiente, et ne pas buter contre la table d’examen.
  3. Un bouton sur le manche pour « débloquer » le speculum, permettant de l’utiliser à une seule main.
  4. Un mécanisme d’ouverture discret, sans vis apparentes ni de bruits inquiétants.
  5. Une couche de silicone recouvrant l’acier, pour un outil moins froid et plus doux. 
  6. Une cavité permettant d’intégrer une lumière pour éclairer le vagin de l’intérieur.

Pour le moment, le spéculum Yona n’en est encore qu’au stade de prototype. Hailey Stewart et Sahana Kumar cherchent des partenaires dans le monde médical pour le financer à grande échelle et améliorer l’expérience du rendez-vous gynécologique pour de nombreuses femmes dans le monde. 

(Photo à la une : )

À lire aussi…

La culotte qui protège votre intimité quand on va chez le gynéco

Pénurie de gynéco, quelles alternatives ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru