Sodomie première !


La rédaction 15 avril 2019

Jean, 42 ans, Indre-et-Loire

Dans ce texte, je vais aller à rebours des clichés. Je suis un homme de 42 ans en couple avec une femme. Jusque-là, rien d’original. Je me suis mis avec ma compagne actuelle il y a quelques mois seulement, après un divorce. Et il se trouve que je n’avais jamais pratiqué la sodomie avec mon ex-épouse, tandis que ma nouvelle copine en avait, m’a-t-elle dit, une grande expérience. J’ai remarqué que, dans les représentations les plus courantes, ce sont souvent les hommes qui « initient » leurs compagnes à cette pratique. Quitte à parfois « convaincre » la dame, la faire céder quoi. Je trouve ça problématique, car, à mon avis, ça ne peut pas être satisfaisant si quelqu’un se force et le faire uniquement pour le plaisir de l’autre ! Encore faut-il manifester un peu de curiosité, sinon ça ne sert à rien. 

Comme j’ai cette conception des choses et que mon ex-femme ne souhaitait pas pratiquer la sodomie, je me suis retrouvé « vierge » de ce côté-là. Ça a beaucoup étonné ma nouvelle partenaire, qui avait pu l’expérimenter plein de fois et adorait ça. C’est elle qui m’a proposé que nous le fassions ensemble. J’étais heureux qu’elle me le demande et enthousiaste à l’idée de m’y adonner, mais aussi un peu effrayé de mal faire, ou moins bien que ses anciens amants, du fait de mon manque d’expérience en la matière. Clara, ma copine, m’a mis à l’aise en me disant qu’elle en avait très envie avec moi. Nous avons alors profité d’un séjour à l’hôtel en vacances pour nous adonner à ce plaisir. 

Clara ne fait pas dans la demi-mesure, elle avait donc enfilé un corset et des porte-jarretelles, sans culotte. Son cul volumineux et appétissant débordait des coutures, ses seins pétaient dans l’armature du corset. Elle était à croquer. On a commencé par se chauffer doucement comme à notre habitude. Elle m’a d’abord sucé avec application, alternant les pressions légères, humectées de salive, et les mouvements profonds, entraînant ma queue au plus profond de sa gorge, jusqu’à me faire gémir de plaisir. Puis c’était à mon tour de la lécher comme elle aime, à coups de mouvements de la langue en rafale sur son clito, jusqu’à sentir ses belles cuisses rondes se raidir et trembloter. Ses tétons dépassaient du corset et je n’avais qu’à tendre la tête pour les lécher amoureusement quand nous nous faisions des câlins entre deux caresses orales. Puis Clara s’est mise à quatre pattes pour que je la lèche à nouveau, mais en me postant cette fois-ci entre ses fesses, pour lécher à la fois sa fente et l’entrée de son cul. J’étais un peu intimidé et, en même temps, terriblement excité par la vision de toute cette partie d’elle dégagée par sa posture cambrée, exhibant chaque détail de cette entrée vers les tréfonds de son corps. Le tout, moulé dans sa tenue de chaudasse qui rendait la vision encore plus alléchante.

J’ai alors plongé avec allégresse dans ces recoins d’elle et je me suis mis à lécher un peu partout, en particulier à l’endroit qui nous intéressait : son petit trou du cul tout serré. J’ai titillé avec ma langue et procédé instinctivement, appuyant plus ou moins fort en fonction de ses gémissements et de la détente que je percevais dans son arrière-train. Ensuite, toujours à quatre pattes, Clara m’a incité à verser du lubrifiant sur la fente de son cul pour que nos ébats soient rendus plus fluides. Je me suis exécuté et j’ai badigeonné son trou de gel. Puis c’était à mon tour de jouer, pour de bon. Clara m’a guidé en elle avec précision. D’abord, j’ai mis des doigts dans ses fesses pour en détendre l’entrée. J’ai poussé à l’intérieur, en ai glissé un, puis deux, et trois. À mesure qu’elle se détendait, son trou s’ouvrait comme un couloir vers la félicité et le plaisir. J’ai pu sentir sous mes doigts les effets de cette détente et la nouvelle souplesse de cet endroit pourtant étroit, comme un élastique qui se relâchait. J’étais tellement excité que je ne me suis pas fait prier quand elle m’a intimé de la prendre. J’ai posé mon gland à l’entrée de son cul et l’y ai poussé progressivement. Le lubrifiant faisait son effet je glissais avec aisance le bout de ma queue en elle, jusqu’à ce que mon sexe finisse par disparaître tout entier à l’intérieur, englouti par les mouvements de bassin en arrière qu’elle effectuait par petits soubresauts, comme pour mieux me dévorer et m’aspirer en elle. Je sentais à présent ce couloir se refermer sur ma queue et l’accueillir au plus profond de lui, le poussant vers le fond. 

J’avais cette vue vertigineuse sur elle, sur son cul affamé de moi et épanoui bougeant sur mon membre étonné. Clara a mis ses fesses en branle et les faisaient frénétiquement bouger pour accompagner ma pénétration. Elle se resserrait autour de moi, et moi je ressentais pour la première fois la sensation extraordinaire que de visiter quelqu’un par là. Ma queue était assaillie de partout et glissait en elle comme dans un écrin de velours. Clara m’encourageait en poussant des petits cris et j’ai fini par vraiment la sauter en la tenant par les hanches et en m’enfonçant dans son cul avec énergie, pendant qu’elle criait à tue-tête et que mes propres sensations étaient de plus en plus explosives, à mesure que je sentais tous les mouvements intérieurs de son cul et que ma bite venait taper dedans. Nous avions tellement de plaisir que nous n’avons pas tardé à jouir, Clara aidée par sa main qui se branlait en même temps. Mon orgasme m’a fait tourner la tête tant il était puissant. Je ne la remercierai jamais assez de m’avoir initié à ce plaisir, et d’être à ce point… ouverte ! 

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Val… fourrée

« Ensuite, il lui a demandé de venir sur lui, ce qu’elle a fait. C’était très excitant de la voir onduler sur lui, de dos. J’ai enfilé une capote et me suis approché de son dos. J’ai caressé ses seins. Ma queue était contre sa raie. » Philippe.

À retrouver sur notre plateforme VOD

L’acteur Rick Angel a deux péchés mignon : les femmes et la sodomie. Voici trois de ses nouvelles sextape tournées avec les superbes actrices X, Rose Valérie, Alessandra Jane et Sharon Lee et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne s’embête pas ! Moments de baise torrides et festival de sodomie assuré !

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru