Je vous présente ma femme


La rédaction 17 octobre 2019

Paul est obsédé par le désir de voir sa jeune épouse jouir sous les coups de boutoir d’un autre que lui. Après une recherche en ligne, il reçoit aujourd’hui Kevin, qui se chargera de transformer ce fantasme en douce réalité.

Je m’apprête à épouser Paul dans quelques mois seulement. Malgré notre engagement conjugal, nous sommes très ouverts quant à notre sexualité et, depuis le début de notre relation, nous aimons partager notre intimité avec d’autres personnes qui nous sont plus ou moins inconnues. Nous n’aimons pas l’image rétrograde du mariage qui voudrait que les époux s’appartiennent jusqu’à la fin de leurs jours et se jurent fidélité pour toujours, alors que nous savons pertinemment que nous sommes tous les deux obsédés par le sexe. C’est peut-être d’ailleurs bien pour cela que nous nous aimons autant !

Paul a eu l’idée, peu après nos fiançailles, de m’offrir à un homme pour son bon plaisir.

Comme une façon de désacraliser notre cmsforever.ru future et de dire que moi, sa future femme, je n’étais pas qu’à lui et que je pouvais prendre mon pied avec un autre mec, tout en me mariant avec lui et en lui promettant de l’aimer. Pour être honnête avec vous, l’idée me plaisait bien à moi aussi et ne nourrissait pas son unique plaisir.

J’avais moi-même pris goût au fait de baiser avec d’autres hommes devant Paul et c’était depuis toujours un fantasme pour moi que de partager cela dans mon couple sans causer de drame, ce que mon futur époux m’avait permis d’accomplir. C’est donc avec bonheur que j’ai accepté d’accéder à sa requête.

Mais ce que voulait surtout Paul, c’était de me voir jouir avec un autre que lui. J’ai plus de mal sur ce point, car cela fait plusieurs années que je ne jouis qu’avec mon compagnon, l’homme qui connaît le mieux mon corps et dans les bras duquel je peux le mieux me laisser aller à la jouissance. J’avais jusqu’alors toujours « fini » avec ses caresses et sa queue.

Mais cette nouvelle opportunité de me faire prendre par un autre juste avant de prononcer nos vœux d’cmsforever.ru était l’occasion, à ses yeux, de tenter l’expérience et d’y passer le temps qu’il faudrait.

Il voulait que j’aille « jusqu’au bout » avec l’étranger qui viendrait profiter de moi. Je me suis dit que ça ne coûtait rien d’essayer et que j’y prendrais sûrement du plaisir…

Nous avons fait des recherches en ligne pour trouver la bonne personne, et nous sommes tombés sur Kevin, un trentenaire bien de sa personne, petit brun propre sur lui que nous voulions bien dévergonder tous les deux. Le type avait l’air super chaud à l’idée de nous rencontrer, surtout quand il a vu ma photo. J’étais plutôt excitée de pervertir un homme blanc avec son col de chemise bien repassé qui avait l’air si sage, alors que mon futur mari est moins conventionnel, avec ses dreadlocks et sa boucle d’oreille. Nous avons convenu que Kevin viendrait nous retrouver chez nous pour faire les présentations « en vrai » et voir jusqu’où cela pourrait nous mener…

Il est arrivé dans sa jolie chemise blanche immaculée avec ce même air innocent sur le visage que celui de ses photos sur le site de rencontres. J’avais hâte de voir ce visage changer !

Nous aussi nous étions mis sur notre 31, moi en petite robe noire avec des bas et des cuissardes, et mon fiancé un costume sombre et sobre. Paul a fait les présentations. Il a pris la main de Kevin et la mienne et nous a regardés tous les deux. « Je vous présente ma femme »,a-t-il dit en appuyant chaque syllabe.

Kevin n’en menait pas large, il n’arrêtait pas de me regarder, comme s’il n’arrivait pas à croire qu’une bombe comme moi, future mariée qui plus est, allait se laisser approcher par un petit vicelard comme lui. S’il savait… !

Le jeune homme s’est un peu ressaisi et a pris à son tour ma main libre dans la sienne pour la porter à sa bouche et l’effleurer de ses lèvres. Je le trouvais élégant et délicat, j’ai tout de suite craqué sur lui. Nous avions bien choisi ! Le contact de ses lèvres sur ma peau était agréable, et j’avais hâte de sentir sa bouche ailleurs sur mon corps.

Comme le courant passait bien, nous avons commencé à passer aux choses sérieuses sans trop attendre. C’est Paul qui s’est approché de Kevin pour lui déboutonner son pantalon. « Je vous en prie, mettez-vous à l’aise », a-t-il proposé. L’autre s’est laissé faire.

C’était sexy de voir mon futur mari en train d’ouvrir la braguette de mon futur amant. J’aurais bien aimé les sucer tous les deux… Mais ce n’était pas au programme du jour.

Paul m’a invitée à m’agenouiller aux pieds de notre invité. Il a posé ses mains sur mes épaules pour être en contact avec moi, pendant que je sortais la queue de Kevin de son caleçon pour la découvrir et m’en occuper. Elle était déjà très dure et bien dressée.

J’apprécie les belles érections bien raides sans rien faire auparavant, de voir que le simple fait que l’homme me regarde et imagine que je vais bientôt être sienne le fait bander, c’est une grande source de satisfaction et même d’excitation pour moi.

J’ai donc pris sa belle queue bien droite dans ma main pour me mettre à la stimuler avec application. Je la sentais réagir et sursauter dans ma paume, impatiente de se faire gober.

Alors j’y suis allée : j’ai enfilé ce bel amas de chair entre mes lèvres pour la goûter.

Elle était bien propre et avait une bonne odeur. La texture de son manche, de son gland, de sa peau irriguée de veines en cet endroit si sensible, ravissait mon palais et ma langue, que je ne manquais pas de promener partout sur cette belle queue qui était fort à mon goût.

J’ai commencé les allers-retours sur son bâton, pour sentir chaque recoin, chaque pli et chaque aspérité de cet engin qui allait bientôt m’explorer en d’autres endroits… Comme un avant-goût des délices à venir.

Je commençais déjà à entendre le souffle de Paul qui s’accélérait sous le coup de la montée d’adrénaline. Je savais que ça le rendait dingue de me voir m’occuper d’un autre. Il fallait maintenant tenter de me mener à la jouissance, ce qui était une autre histoire. Mais Paul sait ce qui me fait plaisir. « Lèche-la sur le canapé », a-t-il ordonné à Kevin, qui ne s’est pas fait prier.

Je me suis installée sur les coussins, et il a relevé ma robe pour découvrir mon entrejambe à demi couverte d’un string de dentelle noire. Mes cuisses étaient soulignées par mes bas, que prolongeaient les cuissardes et qui donnaient à mes jambes une allure d’enfer.

Tu m’étonnes que le mec bandait ! Même moi je me faisais bander.

Il a écarté le string sur le côté pour accéder à ma minette. Il a découvert ma vulve, toute nette et épilée pour l’occasion. Tout en tenant le bout de tissu tiré dans une main, il a commencé à me lécher la foune d’une divine façon. Je savais que Paul, de son côté, commençait vraiment à prendre son pied car, plus que la vision de ma bouche en train de sucer un homme, il aimait encore davantage me voir octroyer du plaisir par un tiers.

Je ne me privais pas d’exprimer ma luxure, car Kevin s’y prenait très bien, et sa langue râpait bien, à un bon rythme, mon clito tout dressé par le désir. Je lui caressais les cheveux, accoudée sur le canapé, pendant qu’il s’appliquait à me faire ce cunni de rêve, léchant, battant le rythme, m’excitant à mort.

De son côté, Paul bandait et nous matait, comme hypnotisé, en bon voyeur qu’il est… Assis près de nous sur le canapé, il posait parfois une main sur ma cuisse pendant que l’autre s’activait sur moi et fixait mes yeux, y cherchant le plaisir, et y répondant par sa propre flamme qui brûlait dans ses prunelles.

Nos regards étaient plongés l’un dans l’autre, pendant que Kevin se mettait à me doigter pendant qu’il me léchait – chose que j’adore. Mon minou était électrisé des coups de langue reçus. Ma bouche se crispait de plaisir sans que mes yeux lâchent ceux de mon fiancé. Et c’était comme si Kevin me faisait l’amour, car je ne voyais plus que son visage, alors que c’était cet inconnu qui honorait mon trou de ses attentions les plus douces.

Le décalage était intéressant, et j’aurais voulu que mon amant improvisé me baise comme cela jusqu’à finir en moi pendant que je regarderais mon mari droit dans les yeux.

J’avais l’impression que je pourrais le faire jouir rien qu’en le regardant et en lui offrant le spectacle de mon visage déformé par le plaisir.

Ce n’est malheureusement pas ce qu’il s’est passé et j’ai dû revenir à Kevin pour qu’il ne se sente pas trop seul. Alors que j’étais toujours à demi-allongée sur le canapé, il est venu se caler dans mon dos, sur le côté, de manière à pouvoir encore passer mon bras autour de son cou et balader ma main sur ses cheveux et dans sa nuque.

De son côté, lui pouvait glisser sa queue juste entre mes cuisses et sentir mon cul frotter contre son ventre. Il a enfoncé son sexe dans le mien, et je l’ai senti m’envahir petit à petit.

C’était délicieux de ressentir son gourdin progresser en moi et se frayer un chemin entre mes parois humides de désir. Paul s’est remis debout pour avoir une vue plongeante sur nos corps. Je me remettais à le regarder avec provocation, la bouche entrouverte.

« Tu voulais que je me fasse baiser par un autre ? Regarde le pied que je prends avec la queue de Kevin, tu n’es pas en train de regretter ? », semblait dire mon expression. Il adorait. « Je ne regrette rien, j’aime t’offrir à la bestialité d’un mec assoiffé de cul, tout en sachant que ce soir, c’est sûrement moi qui te baiserai à mon tour et encore mieux », semblait répondre la sienne.

Kevin accélérait les coups de bite dans ma chatte, que je serrais de temps à autre pour mieux le tenir en moi. J’écartais la cuisse gauche afin de la relever un peu au-dessus de nous et ouvrir un peu plus l’espace menant à ma fente. Kevin se saisissait de ma cheville pour mieux s’enfoncer en moi. Je sentais son souffle court dans mon cou et son excitation grandissante. Sa queue me baisait de plus en plus fort.

Ses mains avaient dégagé mes seins de mon haut qui était un dos nu qui s’accroche sur la nuque. Mes seins sortaient des deux côtés du tissu et il pouvait triturer les tétons avec ses doigts pendant qu’il me pénétrait. Je sentais son ventre qui frottait sur mon cul, ses cuisses velues contre les miennes, ses mains sur ma poitrine et surtout sa belle bite dans mon trou qui le limait avec entrain. Pendant ce temps, Paul s’était assis sur le canapé d’en face et ne nous lâchait pas des yeux. De là, il pouvait voir la queue de Kevin ramoner ma chatte. Puis nous avons changé de position pour lui donner un autre angle de vue.

Je me suis placée à califourchon sur mon amant, dos à Paul, pour me faire baiser tout en tenant le rythme de la baise. Kevin prenait mon cul à pleines mains et l’écartait pour mieux me pénétrer et pour que mon fiancé puisse bien voir mes orifices.

Le spectacle devait être sympa : la queue de mon amant qui me pilonnait la chatte, ses bourses qui devaient bouger sous chaque coup de bite, mon sexe qui bougeait sur lui et l’avalait d’un grand coup à chaque fois que je reculais le cul pour l’attraper, encore et encore, et ses mains qui accompagnaient tous les mouvements de mes fesses en les écartant à fond et en les pétrissant.

De temps à autre, je tournais légèrement la tête pour regarder mon futur mari et gémir dans sa direction. Paul avait une trique d’enfer, qu’il caressait sous son costume tout en nous observant.

Puis je me suis tournée pour lui faire face. J’étais toujours à califourchon sur Kevin, mais je lui présentais mon cul et lui me baisait par-derrière en me tenant les fesses par en-dessous pendant que je m’accroupissais pour qu’il me prenne du mieux possible.

Cela donnait encore un nouvel angle de vue à Paul. Mes cuisses blanches écartées et éclatantes dans mes cuissardes, mes seins qui sortaient de mon haut des deux côtés, ma chatoune qui se faisait nourrir par le braquemart de notre convive, sa grosse bite qui entrait et sortait de moi à une allure folle. Kevin accélérait, me faisait rebondir sur lui grâce à ses coups de trique de plus en plus aiguisés. Il triturait mon cul, et ma bouche s’ouvrait à mesure que je gémissais de tout le plaisir qu’il me procurait. Puis Paul est revenu s’asseoir près de nous et Kevin m’a prise en missionnaire sur le canapé alors que ma tête était au niveau de mon époux.

Il pouvait me caresser les cheveux et le visage, pendant que Kevin me pilonnait à nouveau, qu’il écartait mes cuisses à fond pour mieux me pénétrer. Il s’est redressé pour me surplomber et me baiser encore plus fort en bougeant son bassin de sorte que sa queue s’enfonce de plus en plus vite et fort dans ma chatte. Allais-je finir par jouir ? Paul guettait la moindre réaction de mon visage.

J’étais très excitée et la bite de Kevin me procurait beaucoup de plaisir, mais je voulais l’aider. J’ai posé la main sur mon clito et je l’ai agité légèrement pendant qu’il me baisait en me tenant toujours par les cuisses.

J’ai regardé Paul car je voulais jouir avec son visage dans mon champ visuel.

Il me fixait, et j’ai accéléré ma branlette en m’imaginant que c’était lui qui me sautait. Les coups de bite de mon amant se mélangeaient aux souvenirs de nos rapports sexuels à nous et j’ai fini par jouir en pensant très fort que c’était mon époux qui était en moi.

J’ai crié pendant que Kevin se cambrait dans un ultime assaut. J’avais cessé la branlette et ce sont bien ses derniers coups de boutoir qui ont prolongé le plaisir et l’ont fait grimper jusqu’au sommet pour éclater dans un orgasme puissant.

Mon visage s’est tordu de plaisir et Paul l’a caressé, fou d’excitation de m’avoir vue m’abandonner aux bras d’un autre.

Quel bonheur de partager cela !

Après ce moment-là, j’ai le sentiment que nous sommes plus complices que jamais et j’ai encore plus envie de me marier
avec lui !

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru