Quel pot, Paul !


La rédaction 13 janvier 2020

Lola, 29 ans

J’étais avec mon mec Paul dans notre chambre. J’avais projeté de lui offrir un petit défilé de lingerie pour le faire profiter du corset que je venais d’acheter. Il était blanc et transparent avec des coques pour les seins, un voile de dentelle sur le ventre et un petit string blanc assorti. Je me sentais belle et sexy dans cet ensemble, car il épouse parfaitement mon corps élancé et mes courbes menues. Paul y a été sensible et, après m’avoir regardée parader, il m’a fait m’allonger sur le lit afin de m’admirer à son aise et me prendre en photo.

Tout en me regardant bien moulée dans mon attirail de nuit, il a approché sa bite de ma chatte pour l’agacer, d’abord à travers le string puis sur la peau, une fois qu’il l’a eu écarté sur le côté. Le frottement du bout de string sur le bord de mon sexe mêlé à celui de son sexe était intense. Il a commencé à jouer avec sa bite et à la tremper progressivement dans ma chatte, d’abord par le bout puis sur toute sa longueur, jusqu’à ce que ses couilles tapent contre mon cul. Il trempait, faisait quelques allers-retours, puis ressortait, me laissant pantelante, mon corps appelant à encore plus de pénétration.

La chatte mouillée de désir, je me suis déshabillée lentement, allongée sur le dos, retirant d’abord le petit string, puis le corset, pour me retrouver nue comme un ver sur le dessus de lit. Paul détaillait ma nudité et son regard s’attardait sur chaque recoin de ma personne. J’adorais sentir ses yeux posés sur moi, et sa trique incroyable m’excitait follement. J’ai posé une main sur mon sexe pour le caresser doucement. Je passais un doigt le long de ma fente et m’attardais sur le clitoris, enfonçant une phalange de temps à autre pour me faire mouiller de plus belle.

De l’autre main, je caressais mes petits seins fermes et en stimulais tour à tour les tétons du bout des doigts, pour faire circuler le courant du désir entre ma poitrine et mon entrecuisse. J’étais dans le plus simple appareil, à caresser mon sexe face à Paul, tête renversée, jambes écartées, tétons pointés.

Lui se branlait tout en me regardant. Puis il s’est approché et a à nouveau plongé sa queue dans ma chatte. Il s’est lové contre mon corps, nous nous sommes entrelacés dans de longs soupirs. Nos sexes pulsaient à l’unisson à mesure qu’il me pénétrait. Nous nous étions tellement excités à l’aide de nos doigts que nous étions tous les deux au bord de l’orgasme, orgasme que nous avons libéré quand il m’a baisée plus intensément et que nos sexes se sont fondus l’un dans l’autre dans une étreinte passionnée… Même quand il a joui, il est resté en moi, allongé sur mon torse, sa semence mêlée de mouille coulant doucement le long de ma chatte.

(Image à la une : Getty Images)

Si vous aimez cette histoire, vous aimerez aussi…

Elle attachait un porte-jarretelles noir

« Je suis entré dans la pièce sans que ma tante proteste. Nos bouches, après quelques regards complices, se sont rencontrées. Ma tante était visiblement très excitée. Elle n’a pas tardé à se mettre à genoux. » Thierry

Premier étage, rayon lubricité

» Il a descendu ma jupe sur mes chevilles et m’a débarrassée de mon haut. J’étais nue devant un inconnu, car je ne portais pas de sous-vêtements ce jour-là. » Cathy

À retrouver sur notre plateforme VOD

Deux copains draguent à la Tour Eiffel avec un appareil photo: la belle Serbe n’est pas farouche ! Puis ils vont sur les bords de Seine: et la blonde qu’ils abordent, est d’accord pour poser… et baiser avec « une bite et demie »: celle du photographe et un gode vibrant ! Enfin, la belle Mia est alpaguée au rayon lingerie d’un grand magasin. Très timide, mais finalement très portée sur la queue !

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru