Un problème de bit


La rédaction 1 mars 2019

Nathan, 44 ans, Sevran 

Un problème de bit - histoire de sexe - cmsforever.ru

L’autre jour au bureau, j’ai eu un souci d’ordinateur. Je n’arrivais pas à m’en dépatouiller et j’ai dû appeler le service informatique. Là, à ma grande surprise, on m’a envoyé une femme. Je dois être encore bourré de stéréotypes, mais ce n’étais pas l’image qu’on se fait d’une informaticienne. Grande blonde, avec des jolies lunettes en écailles, un look détendu mais classe, elle devait être la coqueluche de son service, devant lequel je passais de temps à autre et où les hommes tassés derrière leurs écrans ne donnaient pas vraiment envie… Sans voix, je l’ai laissée passer derrière mon ordinateur et le réparer en deux temps trois mouvements. Elle rigolait, faisait des blagues légères, cambrait un peu les fesses dont j’appréciais les formes et la rondeur dans son pantalon en toile. Quand elle fut partie, je ne cessais plus de penser à elle. Cette femme aérienne et distinguée, si belle dans ses vêtements à la cool, me hantait nuit et jour. 

J’avais envie de faire replanter mon ordi juste pour la revoir. Mais elle l’avait super bien réparé ! Du coup, je me suis mis à lui parler sur la messagerie interne de notre entreprise. On s’est échangés toutes sortes de plaisanteries et de liens vers des articles ou des vidéos. C’était devenu la raison numéro 1 de ma motivation à aller bosser. D’autant que ça n’allait pas fort chez moi, alors que je venais de déménager après un divorce. De temps en temps, ma nouvelle camarade passait près de mon bureau et me lançait des petits regards enjoués. Un jour, elle m’a suggéré de faire basculer notre conversation sur une appli privée pour plus de discrétion. Cela permet d’envoyer des photos qui s’autodétruisent au bout de quelques secondes. 

Nous avons échangé quelques photos humoristiques de nous en train de travailler. Puis un jour, elle s’est lancée et s’est prise en photo le tee-shirt légèrement relevé et laissant deviner la base des seins. Sidéré par ma veine, j’ai répondu avec une photo de la bosse que sa photo avait provoquée au niveau de mon pantalon. Ella a répondu avec la photo d’un téton, rond et rose sombre. J’étais très surpris par son culot et je l’en aimais encore plus. L’informaticienne a finalement pris une photo plus large de ses seins. Ils étaient lourds et magnifiques, pâles mais vivants dans leur beauté figée sur l’écran de mon téléphone portable. J’ai demandé une photo de son sexe. Elle m’a envoyé plein de messages pour me demander si j’étais prêt et en lançant de nouvelles blagues. Et là, j’ai reçu la photo de sa chatte. Une traînée de poils en barrait l’entrée très joliment, et ses petites lèvres ressortaient un peu, délicates et affirmées en même temps. C’était la première fois que je recevais une photo de sexe ! Je vénérais cette image et embrassais même mon écran.

Ma belle a demandé à son tour une photo de ma queue. Elle était déjà très dure et fière, alors je l’ai photographiée et la lui ai envoyée. Elle m’a écrit à quel point elle était excitée et avait envie de moi en me voyant dans cet état. Quelques minutes plus tard, je la rejoignais dans les toilettes. Elle m’y attendais sans pantalon et sans culotte, dans une cabine. Elle m’a demandé de la prendre tout de suite car elle avait commencé à se caresser pendant nos échanges virtuels. De mon côté, je m’étais aussi masturbé derrière mon bureau et j’étais au bord de la jouissance. Je l’ai pénétrée tout doucement et j’ai ressenti mon sexe se resserrer autour de moi et m’attraper comme si j’étais sa chose. Cette chatte musclée qui enserrait ma bite me faisait perdre la tête et je m’y enfonçais avec délice. 

La belle a posé ses mains sur le mur et m’a demandé de la baiser plus fort. Je la prenais par-derrière avec passion et me mettais à lui saisir les hanches, les fesses et les seins. La pression de nos sexes qui se baisaient comme des forcenés était intense et répandait une forte chaleur dans nos corps. Nous avons joui en même temps de cette rencontre inattendue, déjà très excités de nos masturbations respectives, et nous nous sommes efforcés de ne pas gueuler trop fort notre plaisir. Nous nous sommes rhabillés sans cesser d’échanger des paroles complices et des baisers. Aujourd’hui, nous continuons à nous envoyer des messages érotiques et à nous chauffer avant d’aller nous baiser dans les toilettes ou dans mon bureau, qui se ferme. Je crois que je suis en train de tomber amoureux d’elle.

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi…

Une bonne grosse promotion

« Avec des allusions à mon anatomie, il m’a assuré que moyennant une petite gentillesse, j’aurais le poste sans problème. J’ai compris qu’il fallait coucher pour y arriver. » Véronique. 

La mouille et la menthe poivrée

« J’ai senti un corps se coller à moi. Je me suis retournée, pensant tomber nez à nez avec un mec lourd que je m’apprêtais à éconduire. Mais à la place, j’ai vu une fille plus jeune que moi, fraîche, brune, sensuelle. Son petit ami la tenait par les hanches et tous deux m’avaient visiblement choisie pour une danse rapprochée. » Éloïse.

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Cuisine coquine, entretien d’embauche qui tourne à la débauche et un petit couple débatant en ébats un match de foot OM/PSG, ces histoires vécues vont vous combler.

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru