Ma propre (et très sale) nouvelle érotique


La rédaction 11 juillet 2019

Carole, 32 ans, assistante commerciale.

Bonjour chers lecteurs d’Union. J’ose enfin prendre ma plume (avec un peu de courage et d’excitation) pour vous raconter ma propre histoire érotique. À force d’en lire, je suis très fière de pouvoir enfin vous livrer la mienne.

Il faut dire que depuis la rupture cinglante avec mon ex il y a de ça plus de cinq ans, je me suis enfermée dans les livres, et, de bibliothèque en librairie, j’ai découvert un nouveau genre qui accaparait mes jours et mes nuits : la littérature érotique. Des longs romans aux recueils de nouvelles, je dévorais tout ce qui passait sous ma main. La main gauche d’ailleurs, car la droite était souvent affairée ailleurs, à me donner du plaisir sous la couette, chatouillant mon clitoris ou caressant un sein.

Ce mode de vie m’allait très bien, j’avais l’impression de multiplier les amants qu’ils soient des héros dominateurs, libertins, pervers et même martiens. Ils alimentaient parfaitement mes fantasmes les plus secrets, révélant des désirs cachés dont j’ignorais parfois même jusqu’à l’existence.

Un soir, après une journée de travail harassante occupée à courir après des clients, je fêtais avec mes collègues la signature d’un gros contrat en salle de réunion, un gobelet en plastique de rosé à la main. Alors que j’entamais un débat des plus passionnants avec Cédric, le directeur marketing de l’agence, sur l’intonation de voix à adopter au téléphone avec client, celui-ci m’a glissé à l’oreille : « Moi, ma technique, c’est de m’entraîner en lisant des livres à haute voix. Vous savez, je suis un excellent lecteur. » Un peu éméchée, je me suis entendue lui répondre : « Et moi, j’adore lire ! J’ai plein de romans à la maison, vous devriez venir chez moi pour me faire la lecture ? » Quelle gourde ! Bien sûr, il a accepté avec un entrain non feint.

Une fois chez moi, je lui ai tendu l’exemplaire d’un de mes romans préférés, une histoire de domination et de soumission entre une jeune femme captive dans un château et son amant. Dès les premières phrases (qu’il lisait avec une voix grave et excitante à souhait), il s’est tout de suite étonné du choix de l’ouvrage.

« Ah bon, c’est ça que tu aimes ? » m’a-t-il demandé amusé, en me toisant de toute sa hauteur. J’étais allongée sur mon lit les yeux fermés, et lui se tenait debout, à l’écart. Je buvais ses mots avec une telle délectation que je lui ai fait un signe de la main pour le prier de continuer sur sa lancée. Au lieu de ça, j’ai entendu le bruit sourd d’un livre que l’on referme et le glissement caractéristique d’une ceinture glissant entre ses portants.

« Alors, c’est ça que tu aimes ? Réponds-moi ! » m’a-t-il demandé tout en débraguettant son pantalon. Je mouillais intensément, mais je n’osais bouger ni même répondre. Mon cerveau s’est mis à turbiner au quart de tour. Cela faisait cinq ans que j’avais uniquement nourri mon plaisir sexuel de masturbation, je n’étais pas sûre de pouvoir tenir le choc d’une vraie relation sexuelle.

Cédric m’a empoignée par les cheveux et m’a fait sucer son sexe bien raide. Je l’ai englouti avec gourmandise, à genoux devant lui. « Garde ta langue tirée, je veux la voir quand je retire ma bite de ta bouche. » De longs jets de salive dégoulinaient de ma bouche et salissaient ma moquette, mais je m’en moquais. Pour la première fois de ma vie, j’avais l’impression de subir la même excitation psychologique que mes héroïnes… Je vivais les récits qui m’avaient bouleversée ! Cédric a retiré mon chemisier en arrachant tous les boutons d’un coup et m’a allongée sur le lit. Il a continué à me pilonner des heures et des heures en lisant de temps à autre quelques lignes de mon roman.

Chers lecteurs d’Union, si comme moi vous aimez la littérature érotique, ne perdez jamais cette passion ! Croyez-moi, vos relations sexuelles n’en seront que meilleures…

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Roman à la feuille de rose
« Je suis une passionnée de belle littérature, au point que je suis devenue prof de français. En août dernier, j’ai pu m’adonner à mes deux plaisirs favoris : la langue française et celle qu’on glisse dans tous les recoins… » Aurélie.

Cherche dominant désespérément
» Depuis quelque temps, je vis une aventure avec un homme merveilleux. J’ai juste répondu à une annonce sur un site, Dominant respectueux. Moi si prude, je ne me serais jamais cru capable d’oser. Il m’a demandé de vous faire le récit de nos premières rencontres et, aujourd’hui, nous vous l’envoyons ensemble. » Chloé.

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Victoria, 20 ans, se fait prendre sur son lieu de travail par 5 beaux garçons. Un entretien d’embauche qui dégénère: le candidat démonte la DRH. Une vendeuse en prêt-à-porter adore l’amour à plusieurs.


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru