La valse des jouets


La rédaction 1 décembre 2019

Mélodie, 28 ans

Avec mon mec, Léo, nous possédons une belle collection de jouets sexuels que nous n’hésitons pas à utiliser lors de nos moments coquins. Parfois, Léo aime juste me prendre avec ces jouets-là (où que je le fasse moi-même), sans même me pénétrer. La dernière fois que nous les avons utilisés, nous avons fait fort, et nous avions envie de vous faire partager ce moment assez intense.

Avant de passer aux choses sérieuses, j’ai commencé par faire ma petite danse de la tentation, c’est-à-dire que je me suis mise à quatre pattes sur le lit, à poil, les fesses et la chatte bien tendues en arrière, pour lui présenter mes orifices frémissants et l’exciter du mieux possible. Ça ne loupe jamais ! Je grimpe sur le lit et je trémousse mon cul en cambrant bien les hanches pour qu’il ait une vue plongeante sur mon sexe bien épilé et luisant, à sa disposition. Ce jour-là, j’écartais même ma peau à l’aide de mes mains en agrippant mon cul, pour que le contour de mes trous ressorte encore plus. Généralement, cette petite démonstration le rend dingue.

Tout en me matant, Léo avait disposé nos jouets autour de moi. J’ai choisi le petit rose assez réaliste, avec quelques veines et une texture censée rappeler une verge. J’ai commencé à me le fourrer dans la chatte pendant que Léo me regardait faire et me prenait en photo. Je me suis installée sur le dos pour mieux m’amuser avec. La sensation de ce petit gode dans mon trou était excitante. Je sentais les parois de mon vagin bien stimulées. Je pouvais les resserrer tout autour à ma guise et je dirigeais moi-même le petit jouet pour me donner le maximum de plaisir, afin qu’il aille titiller mon point G. Je m’amenais moi-même à pousser des gémissements de plaisir sous la pression de l’objet, pendant que mon mec se branlait en me contemplant car il adore quand je me donne ainsi en spectacle. Tout mon corps frémissait d’excitation.

Je me suis remise alors à quatre pattes, pour stimuler mon cul cette fois-ci. J’ai introduit le petit gode dans mon anus tout en présentant ma croupe à mon mec qui ne me quittait pas des yeux. Là encore, la sensation que je m’offrais était délectable, et je sentais mon petit trou frissonner et s’élargir au fur et à mesure de mon auto-pénétration. La friction dans mon cul était électrisante et me donnait encore plus envie de me faire prendre.

Puis, Léo m’a fait m’allonger et c’est lui qui s’est amusé à jouer avec le sextoy, et à me l’agiter dans le cul. Je le guidais de ma voix alanguie pour qu’il me pénètre avec, comme j’en avais envie. Cela m’excite encore plus quand c’est lui qui prend la main sur la manipulation du jouet. J’avais le sentiment de m’ouvrir comme une bouche béante de désir à mesure qu’il me l’enfonçait. Pendant qu’il manipulait la chose, il continuait à me caresser la chatte et les fesses pour allier à la fermeté de la pénétration anale la douceur d’une caresse sur ma vulve et mon cul. J’étais grande ouverte de plaisir et de désir, à tel point que je lui ai réclamé une double pénétration avec nos jouets préférés. Je me suis positionnée sur le lit, les genoux rassemblés et les épaules sur la couette, la croupe relevée vers le ciel, le cul et la chatte offerts à toutes sortes de sévices. C’est là que Léo m’a introduit progressivement deux vibros dans le vagin. J’écartais les cuisses pour qu’il y accède plus facilement. D’abord un, puis le deuxième, jusqu’à m’emplir tout entière. La sensation était intense et je rugissais de plaisir d’être assaillie de la plus profonde et la plus intime des manières. Puis il a activé la fonction de vibration des jouets, qui se sont mis à frémir en moi de concert. Mon ressenti était tellement vertigineux que je hurlais et suffoquais sous la puissance de mes sensations. Les vibros s’entrechoquaient et faisaient trembler mes parois vaginales. Mon point G, que j’avais déjà bien stimulé auparavant, irradiait de plaisir. J’ai joui comme une folle, inondant les draps de ma cyprine…

(Image à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Le jour où je me suis fait goder

» J’ai senti la curiosité qui me prenait tout entier et l’excitation de cette situation nouvelle envahir mes fesses d’une douce chaleur. Je sentais mon anus se dilater, s’ouvrir, comme une bouche avide. » Marc

Tant qu’il y aura des godes

« J’ai eu droit à un anulingus de rêve, qu’il a complété en introduisant l’œuf entre mes fesses. Il m’a ensuite retournée sur le dos et a actionné la télécommande. » Camille

À retrouver sur notre plateforme VOD

Gode, boules de Geisha, vibro, plug… Ces demoiselles ont trouvé de précieux amis pour leurs petits plaisirs solitaires ! Elles se livrent à des « jeux» qui, sans nul doute, mettront vos sens en émoi.
À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru