La position des légionnaires


La rédaction 1 janvier 2019

Sylvie, 46 ans, Bézier.

Ma destination préférée l’été ? Rien d’étonnant pour une quadra libertine : dès que je peux m’échapper pour quelques semaines, je file au Cap-d’Agde, où je rencontre des gens ouverts et plus charmants que nulle part ailleurs !

J’y ai vécu une histoire incroyable il y a de ça quatre ans. Alors que je me promenais le long d’une plage réservée aux naturistes, j’ai croisé le regard d’un homme qui avait l’air en pleine forme. Ses yeux me suivaient sans aucune gêne, pendant qu’il tenait son sexe dans sa main droite.

D’ordinaire, les libertins avec qui je passe un moment sont des couples avec qui je bois des verres, souvent dans des clubs spécialisés, et nous discutons beaucoup avant d’envisager des activités plus charnelles. Un homme seul, que je ne connaissais pas, ça n’était pas ma tasse de thé… Mais ce jour-là, le ciel me semblait si bleu, le soleil était si chaud sur mon corps, que je me suis laissé tenter. Je me suis approchée timidement.

C’était sans compter sur l’arrivée d’un second larron qui est sorti des dunes sans crier gare. Je suis restée un moment interdite. L’invité surprise s’est alors allongé près de mon premier admirateur et a commencé à s’astiquer sur le même rythme ! « Il ne faut pas nous en vouloir, belle dame, m’a-t-il lancé avec un sourire, nous venons tous les deux de l’armée, et là-bas on ne nous apprend pas les bonnes manières. » Et ils se sont esclaffés sous l’effet de cette bonne blague. Vexée qu’ils me prennent pour une coincée, j’ai décidé de leur montrer que je savais moi aussi mettre de côté la politesse. Une minute plus tard, croyez-le ou non, j’étais en train de pomper non pas un, mais bien deux militaires !

Jamais je n’avais eu deux hommes. Étonnée de ma propre capacité buccale, et après m’être échauffée sur l’un, puis sur l’autre, j’ai accueilli les deux membres entre mes lèvres. Ils avaient l’air d’être tous les deux des voyeurs et prenaient plaisir à s’extraire de ma bouche pour venir m’admirer en train de pomper leur camarade. J’ai été aussi surprise de les voir s’échauffer ensemble, leurs glands se touchant dans ma bouche, leurs grognements se faisant étrangement échos.

Ça n’a pas été la seule première pour moi… Quelques minutes plus tard, le second larron a sorti un jouet long et blanc qu’il m’a fait lécher pour que ça rentre mieux. Après s’être tous les deux amusés avec ma chatte, mon premier amant a carrément décidé de me planter son joujou entre les fesses. Là encore, surprise, tout est entré sans effort ! Il s’est ensuivi une prodigieuse partie de baise. J’ai été retournée, baisée par le cul, pendant que j’enfonçais moi même le jouet dans mon sexe. J’ai ensuite pris mes deux bidasses en simultané : la chatte et la bouche, la bouche et le cul, et enfin mes deux trous les plus serrés et les plus rapprochés en même temps. C’est ce qui je crois leur a le plus plu. À chaque fois que l’un poussait fort, l’autre essayait de rentrer plus avant. J’imaginais qu’ils sentaient la queue de l’autre frotter dans mon antre, comme tantôt quand leurs chibres se touchaient dans ma bouche et qu’ils y prenaient tant de plaisir…

J’ai fini béante et souillée, sans plus pouvoir bouger tellement le plaisir était intense. Une fois remis de nos émotions, nous sommes rentrés chacun de notre côté, non sans avoir échangé nos numéros de portable. Nous avons eu la joie de nous revoir plusieurs fois. Mais ça, c’est une autre histoire…

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi…

Louvrier qui ma enculee
L’ouvrier qui m’a enculée
« Il y a deux ans, alors que je menais une vie heureuse avec mon mari, tout a changé quand j’ai rencontré Mohamed. Nous venions d’acheter une villa en Corrèze. Il y avait quelques travaux à effectuer. Nous avons fait appel à ce jeune et beau Marocain que je croisais en centre-ville de temps en temps.«

Le jeu
Le jeu
Une femme offerte, une maîtresse de cérémonie, des candidats recrutés dans la rue, un bandeau, des cartes… Un étrange jeu. Le reste n’est que plaisir des yeux !

Collé serré de Caro
« Mes deux compagnons m’ont entraînée à tour de rôle entre les danseurs. Comme il faisait très sombre, leurs mains parcouraient mon corps. » Caroline.

Les copains dabord
Les copains d’abord !
Thierry es resté boire un verre à la maison. Quand ma femme est rentrée, je leur ai proposé d’aller manger dehors vite fait. Thierry rechignait, ayant peur d’avoir à tenir la chandelle. Je lui ai proposé : « Ce soir c’est toi le mari, et c’est moi la chandelle. »

À retrouver sur notre plateforme VOD

Ces histoires vécues sont bien plus que de simples scènes de sexe. Elles vont vous feront monter le désir pour ne plus redescendre !


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru