La belle Asiatique


La rédaction 31 mai 2019

Thierry, 35 ans, Toulouse.

Cette aventure m’est arrivée il y a quelques semaines alors que j’étais invité à l’anniversaire d’un ami. Parmi les invités, il y avait Alexandra, une jolie Asiatique qui attirait beaucoup mon attention. Nous étions tous au salon, et cette coquine m’a entraîné dans la salle de bain. J’étais un peu surpris par son audace mais je sentais qu’elle désirait passer un bon moment avec moi. Elle avait remarqué mes regards insistants et elle s’était décidée à faire quelque chose.

« Ça te va comme endroit pour tirer un coup ? » m’a-t-elle demandé avec un petit air innocent. Mon silence approbateur lui a suffi. Elle a commencé à se dévêtir devant moi. Elle avait de jolis seins ronds. Tout en relevant un peu sa minijupe pour me montrer sa chatte, elle m’a expliqué qu’elle était déjà assez chaude pour prendre ma bite directement.

Je préférais qu’elle commence par me sucer, car je voulais voir ce que sa jolie bouche pulpeuse savait faire. Elle m’a débarrassé de mon pantalon et de mon slip. Sa bouche me faisait rêver, et je voulais qu’elle avale ma bite. J’avais déjà la gaule en la regardant. Elle gérait très bien la fellation. Elle avait une façon merveilleuse de jouer avec sa langue. Je voulais qu’elle serre fort mon gland, qu’elle y mette une pression maximale. Je voyais bien qu’elle aimait sucer. Elle prenait son pied à me goûter. Le sexe avec elle allait être intense. Elle me regardait droit dans les yeux en tenant ma bite fermement entre ses lèvres, j’adorais ça ! J’en ai un peu perdu mes moyens et j’avais très envie de la baiser, là, maintenant, tout de suite !

Elle m’a invité à m’allonger sur le sol, puis elle m’a chevauché, elle me tournait le dos tout en se plantant sur ma queue. Je suis allé bien au fond de sa chatte. Visiblement, elle adorait cette position et elle faisait onduler son corps sur mon membre. Je prenais de plus en plus de place en elle. Elle se malaxait doucement les seins et laissait son plaisir monter, sans se presser.

Elle s’est retournée pour me faire face. Elle s’est penchée sur moi. J’avais ses seins à portée de bouche. Je les ai sucés frénétiquement. Elle manifestait de plus en plus de plaisir à mesure que son corps était plus proche de moi. Je sentais sa petite motte qui se frottait contre mon ventre. J’ai largement écarté ses fesses avec mes mains. Cette coquine avait la chatte toute mouillée. Elle réveillait si bien mon instinct de mâle en rut. J’avais très envie de la tirer sur le lavabo à présent.

Je l’ai appuyée dessus. Je l’ai fait se pencher bien en avant. J’ai relevé sa jambe très haut. J’avais envie de me défouler sur sa chatte toute chaude. Ce n’était pas pour lui déplaire apparemment… Nous essayions de ne pas crier trop fort, histoire de ne pas attirer l’attention des autres invités. Je la tenais fermement par les hanches. Je la martelais de grands coups de reins puissants. Je sentais, en la regardant dans la glace, que son plaisir était sincère. Elle écartait les fesses au maximum pour apprécier chaque assaut de mon corps.

Mon plaisir est monté tout d’un coup, et j’ai dû me retirer de sa chatte. J’ai joui dans un silence insupportable. J’ai lâché deux belles giclées de foutre blanc crémeux sur son sexe. Elle s’est rhabillée en prenant soin de garder le foutre sur son sexe. Ensuite, elle a rejoint le groupe d’invités, me laissant là, encore sous l’effet du plaisir.

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

La soirée des premières fois

« Déjà que M. m’excitait beaucoup en photo, alors en vrai ! Je sentais mon sexe s’ouvrir et se liquéfier. Nous avons continué à discuter, et il a commencé à me caresser la cuisse, le bras, le cou… C’était très doux. » Andréa.

Deux en un

« À ces mots, mon homme m’a regardée et m’a demandé de le sucer. Il faut dire que j’aime ça, alors je ne me suis pas fait prier. J’ai sorti son membre bien dur et je me suis lancée dans une fellation du tonnerre. » Céline.

À retrouver sur notre plateforme VOD

Un sondage sur la sexualité ? Juliana parle de son rabbit… 2. Une femme emmène son mari chez le médecin pour retrouver le goût du sexe. 3. Roy Stuart découvre que son modèle est femme-fontaine.


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru