Jeanne, toujours partante !


La rédaction 8 novembre 2019

Jacques, 53 ans

sexe à plusieurs libertine levrette fellation éjaculation buccale photos coquines levrette coups de queue

Je connais une femme, Jeanne, un petit bout de quarantenaire que rien n’arrête ! Ni le nombre de ses amants, ni l’âge de ses partenaires, ni les sexualités différentes de la sienne.

Beaucoup d’hommes révèlent leur femme à elles-mêmes en les entraînant dans un club libertin mais, dans mon cas, c’est l’inverse qui s’est passé. C’est Jeanne qui m’a initié à son monde de folies et d’orgies.

Elle habite un petit appart dans la banlieue de Limoges. Avec ses cuissardes, sa lingerie de luxe et ses petits bijoux sur tout le corps (dont un magnifique piercing au nombril), elle a le look de la femme fatale qui fait un peu peur aux hommes. Moi le premier. Quand je l’ai vue assise à siroter un cocktail à la terrasse d’un café, seule, je n’ai pas pu décrocher mon regard de sa silhouette. Certainement amusée que je la lorgne, elle s’est rapprochée de moi, m’a demandé si je voulais la rejoindre à sa table et m’a tout simplement expliqué qu’elle attendait deux amants qui devaient la retrouver ici. Vous imaginez à quel point moi, Jacques, marié depuis plus de 20 ans, je n’en revenais pas de la situation ! Et j’ai accepté !

Ses deux amants nous ont rejoints effectivement, quelques minutes plus tard et se sont montrés très sympathiques avec moi.

La conversation s’est vite détendue, nous avons parlé de cul et, tout naturellement, elle m’a invité à les suivre jusque chez elle. Comme j’étais un peu inquiet, elle m’a assuré une discrétion totale. J’ai suivi le petit groupe avec un mélange d’appréhension et d’excitation. J’étais presque comme hypnotisé par cette femme si sûre d’elle qui avait su créer une cour d’admirateurs lubriques à ses pieds.

Son appartement n’était pas très grand, mais nous nous sommes très vite sentis à l’aise tous les trois. Ses deux amants, manifestement des habitués, ont commencé à la déshabiller délicatement, comme une princesse. Elle avait des nibards bien remplis, ronds et fermes. Cela me changeait totalement de ma femme qui, bien qu’elle soit restée une jolie femme, a toujours eu un torse très plat. Je ne m’attendais pas à bander autant en découvrant les deux énormes ballons gonflables ballotter sur son ventre. Les deux amants l’ont embrassé sur la bouche simultanément et m’ont demandé de prendre quelques photos. « Tu participeras après, si tu le souhaites ? » m’ont-ils dit en chœur en se jetant sur la belle. Le premier lui a demandé de le sucer pendant que l’autre s’occupait de son minou. Ils ne se regardaient pas, ne se concertaient pas, comme si chacun savait ce qu’il avait à faire. Comme une chorégraphie qui avait été répétée maintes et maintes fois. Jeanne a commencé à pousser quelques petits soupirs d’abandon. Ils maîtrisaient bien la technique, les cochons ! À un moment, elle a fait une petite pause pour utiliser un sextoy, afin de se faire « monter plus vite » selon ses termes. Elle a joui, puis ils ont repris leur baise, comme si rien ne s’était passé. J’ai mitraillé la scène, fasciné par le spectacle qui se déroulait devant moi, comme un réalisateur de film porno. Ma bite devenait de plus en plus douloureuse à force de riper sur mon caleçon et, enfin, Jeanne m’a attrapé par la jambe. « Mets-moi ta queue en bouche, Jacques ! » m’a-t-elle imposé dans un ordre qui ne laissait place à aucune contestation. J’ai dézippé mon pantalon en un temps record et j’ai placé mon petit bout bien violacé dans sa bouche. « Mmmmh, merci » s’est-elle écriée, reconnaissante. Le premier avait déjà éjaculé en elle, et le second s’est mis à la secouer en levrette. C’était assez perturbant et j’essayais de me concentrer sur son beau visage et sa bouche qui me suçait la queue.

Enfin, j’ai joui, répandant toute ma sauce au fond de sa gorge. Elle a tout avalé goulûment puis a embrassé juste derrière son deuxième amant qui la pilonnait de plus en plus fort. Je me suis rué dans la salle de bains pour sécher ma bite, et quand je suis ressorti, ils se serraient tous les trois très fort sur le lit.

Je les ai laissés profiter de ce moment de complicité, ma femme m’attendait, mais Jeanne a pris mon numéro et m’a demandé de revenir la voir durant sa prochaine orgie. Un monde nouveau s’ouvrait à moi…

(Image à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Elle, elle est libertine

« Le toucher que Marta maintenait sur moi, son goût, ses petits cris, me donnèrent bien vite envie de la stimuler de mes doigts. Tout en lui mangeant le clitoris, j’enfonçais deux doigts, puis trois, puis quatre… » Grégoire

Nos premiers pas dans le libertinage

« Toujours sur mon dos, j’ai chuchoté à l’oreille de ma chérie de venir plaquer son sexe sur ma bouche et j’ai commencé à lécher son sexe tout en lui caressant et pinçant le bout des seins. » Luc

À retrouver sur notre plateforme VOD

Des femmes sexy et très chaudes pour une soirée libertine qu’elles ne vont pas oublier de sitôt ! Une belle scène de baise et de pipe comme on les aime, le tout dans un cadre luxueux. Amateurs de belles images, cette séquence est faite pour vous.
À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru