Jean-Paul, mon mari cocu


La rédaction 10 mai 2019

Mélissa, 32 ans, Brétigny-sur-Orge

Jean-Peul mon mari cocu - histoire de sexe

Avec Jean-Paul, mon mari, nous avons une sexualité qui devrait vous intéresser. Nous sommes en couple depuis près de 10 ans maintenant, et nous avons discuté l’année dernière d’un fantasme que nous avions tous les deux : que je m’offre à d’autres hommes sous les yeux de mon mari. 

Quand nous en avons parlé la première fois, c’était au retour d’une soirée passée chez des amis. Jean-Paul a cru déceler quelque chose entre moi et un des mecs invités et m’a dit « Tu sais, si tu devais faire l’amour avec un autre homme, cela me dérangerait énormément si je n’étais pas présent. En revanche, si je suis là, c’est totalement différent. Je crois bien que cela m’exciterait. » Sur le coup, je crois que je lui en ai un peu voulu. Je me suis dit qu’il ne m’aimait pas s’il me voyait faire l’amour avec un autre devant ses yeux (l’inverse me semblait totalement absurde ! Jamais je n’aurai aimé qu’il fasse l’amour à une autre femme). Mais après avoir pris des renseignements, j’ai vu que cela s’appelait du candaulisme – et quelque part, j’étais très intéressée par vouloir exciter mon mec à travers ce biais. 

Nous avons donc posté des petites annonces pour faire des rencontres dans la région. Et c’est comme ça que l’on est tombés sur « Les Princes » deux beaux blacks bien musclés qui ne se déplaçaient qu’à deux et dont la spécialité était de « faire cocu les maris ». On a beaucoup échangé avant de les inviter à la maison, et finalement, on a osé ! Ils avaient l’air d’avoir beaucoup d’expérience, mais surtout de respecter le tempo des couples chez qui ils allaient. Globalement, j’ai senti beaucoup de respect et d’égards de leur part – ce qui était fort plaisant.

Je m’étais mise sur mon 31 pour l’occasion, j’avais même demandé à Jean-Paul de m’accompagner pour acheter de la lingerie, ce qu’il a fait en y prenant un malin plaisir. Quand les deux blacks sont entrés chez nous, la situation était vraiment très bizarre, mais ils ont su tout de suite nous mettre à l’aise. Ils appelaient Jean-Paul « le petit cocu » mais avec beaucoup d’affection, sans agressivité. Nous étions en train de prendre l’apéro dans le salon quand Jean-Paul m’a glissée à l’oreille : « Tu sais quoi Mélissa ? Je bande ! ». Et cela m’a tout de suite excitée.

J’ai demandé aux deux grands de nous accompagner dans notre chambre et ils m’ont déshabillée avec beaucoup de douceur. Ils me palpaient tout le corps, tout en s’assurant que Jean-Paul n’en perde pas une miette. « Alors, tu aimes ça voir ta femme te faire trifouiller par d’autres ? ». Jean-Paul ne mouftait pas, mais je voyais bien à la déformation de son entrejambe qu’il adorait ce qu’il se passait juste sous ses yeux.

Le duo m’a prise en sandwich et c’était très bon de sentir deux corps inconnus contre moi. Je me suis laissée aller à leurs assauts, à leurs caresses, à leurs pénétrations parfois tendres, parfois très musclées. Pour cette première fois, Jean-Paul n’a rien fait. Mais par la suite, ils s’est montré beaucoup moins timide. Il prenait parfois parti aux jeux. Nous avons trouvé des « étalons » (c’est comme ça que nous appelions nos camarades de baise) dans des clubs ou sur Internet.

Comme quoi, réaliser le fantasme de son mec, ça a aussi du bon ! 

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Un plan B bien monté !

« Ses yeux bleus m’ont hypnotisée, sa voix m’a envoûtée. Nous nous sommes donné rendez-vous quelques jours plus tard pour reparler du bon vieux temps. Immédiatement, les choses ont viré au passionnel quand nous nous sommes retrouvés. Nos bouches se sont rejointes, nos langues ont libéré des saveurs fruitées. » Célia. 

Savoir ses leçons sur le bout des doigts

« Je suis restée comme ça quelques minutes, punie. Il en a profité pour glisser sa main sous ma jupe écossaise et baisser ma petite culotte en coton blanc. Elle était trempée. Il m’a donné quelques petites claques sur le sexe. » Alexia. 

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Natacha est une jolie poupée Russe de passage à Paris que notre casteur Rick va aborder dans un parc parisien pour lui proposer une séance photo. Après quelques hésitations, la demoiselle va se retrouver à s’effeuiller devant l’objectif de sa caméra. Bien vite excitée, elle va s’attaquer à l’objectif personnel de notre casteur et s’offrir à lui sans retenue. Tout cela en exclu pour cmsforever.ru !

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru