D’un coup de braguette magique


La rédaction 1 juillet 2019

Éric, 36 ans, Asnières 

D’un coup de braguette magique - histoire de sexe - cmsforever.ru

Je m’appelle Éric et je suis… magicien ! Anniversaires, fêtes de bureau, mariages… Vous pouvez réserver mes services pour tout type d’événements. J’ai trouvé il y a 8 mois une fille magique, capable de faire disparaître une érection bien au fond de sa gorge.

La fille est une baby-sitter, rencontrée lors de l’anniversaire d’un gamin pour lequel je suis recruté. Je vois rapidement que je lui plais : elle me reluque quand j’arrive à la fête, puis pendant mon show. Les gamins sont déchaînés autour de moi, mais moi, j’ai les yeux braqués sur elle. Je suis en train de terminer mes tours quand je la vois qui se lèche les lèvres d’un air sexy et quitte le salon. Dès que j’ai fini, je range vite mon matos, je m’assure que les parents et les enfants sont tous occupés et je file à sa recherche. 

La maison est grande mais je finis par la trouver dans la piaule parentale. Elle est déjà à moitié à poil, assise sur le lit et elle me regarde. J’ai très chaud, tout à coup. Elle me dit d’approcher, elle a une voix grave, excitante. Je m’exécute. Elle commence à me taquiner : elle aussi, elle est magicienne. Qu’est-ce que je préfère, qu’elle fasse apparaître un string rose ou un bleu ? Elle sort de sous l’oreiller deux pièces de lingerie qu’elle a dû piquer dans la commode de la mère de famille. Elle les enfile l’un après l’autre, s’exhibe, me demande de prendre des photos avec mon téléphone. Je me dis qu’elle est folle, qu’on va se faire choper, mais elle est beaucoup trop excitante… 

J’obéis, et je profite de son numéro pour me désaper. Je me branle, elle a l’air de mouiller ! Ça se voit quand elle écarte sa foune…

Elle continue avec ses accessoires : des lunettes, puis des bas. Je ne sais plus où donner de la tête, elle me fait rire et bander dur en même temps. Il va falloir que je la prenne, mes couilles sont remontées à bloc. Elle me dit qu’elle a envie de baiser, elle aussi, mais qu’elle risque de jouir très vite. Je veux bien la croire, moi, mais j’ai quand même envie de profiter un peu… J’en ai à peine le temps : je la fourre peut-être quoi ? Trois, quatre minutes max avant qu’elle commence à gémir de plus en plus fort. J’ai peur qu’elle rameute des parents, ou pire, la maîtresse de maison qui m’a embauché mais pas encore payé, alors j’accélère le mouvement. Elle a le trou bien serré, c’est très bon, dommage qu’elle jouisse trop vite pour que je la rejoigne.

Heureusement, la magicienne a envie de me faire plaisir. 

Elle se met en position et commence à me sucer. C’est si bon ; elle est capable de faire entrer ma bite à l’intérieur de sa gorge, je n’ai jamais vu un truc pareil. Je la félicite, lui demande si elle est avaleuse de sabres sur son temps libre, elle glousse et la prend encore plus loin. Je ne vais pas tenir longtemps, surtout qu’elle me regarde avec des yeux de chienne, elle la colle à l’intérieur de sa joue et frotte le gland, puis elle avale encore, encore… Je la préviens : le jus n’est pas loin. Elle marmonne que je peux tout lâcher, qu’elle est prête. Alors j’y vais. La première giclée part direct au fond de sa gorge, la deuxième, elle s’en délecte comme si c’était de la crème, la troisième est pour ses lèvres. Elle me refait le coup de les lécher, c’est sublime. J’envoie une dernière éjac’ dessus, pour lui apprendre à m’exciter comme ça.

Vraiment, c’est une des meilleures fellations de ma vie… Mais je n’ai même pas le temps de lui dire, elle se rhabille en deux-deux et file dans le couloir. Quand je retourne dans le salon, il y a du monde partout ; je n’ose pas aller lui parler par peur de me faire griller par les patrons. Je leur demande ma paie et je me tire, après un dernier regard sur la magi-chienne. 

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi… 

Une sacrée soirée

« Alors, je me laissais toucher partout, mes cuisses ont été écartées, ma chatte qui était complètement à découvert a été caressée avec douceur et longuement, jusqu’à ce que je la sente se lubrifier. » Léa.

Une soirée de découvertes 

« Là, le choc : il y avait un mur plein de trous et une bite dans chaque pour satisfaire des inconnus en érection. Moi qui ne connaissais que le sexe de mon compagnon, j’avais l’embarras du choix ! » Stéphanie.

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Trois jeux avec des gages très érotiques. Sophie gagne deux esclaves grâce au « Marienbad ». Le trans Anna-Victoria se fait sucer par 2 beautés avec le « Kamasutra ». Et Kathy excite Rico à mort…

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru