Du X dans les WC


La rédaction 6 août 2018

Marie, 30 ans.

Aujourd’hui, je fête mes 30 ans et j’ai l’impression de prendre un coup de vieux. Pour me consoler, voici l’histoire de cul la plus sexy que j’ai vécue, au temps de ma folle jeunesse.

J’avais 21 ans à l’époque et j’étais en école de commerce. Toutes les semaines, c’était la beuverie… On se la collait avec mes potes dans des boîtes complètement nulles, en dansant sur de la musique de merde jusqu’à 5 h du mat’. Je ne le ferais plus aujourd’hui, mais on rigolait beaucoup. Mon mec d’alors, Seb, n’était pas le dernier pour la déconne. C’était aussi un obsédé du cul. Son fantasme ? Que je baise avec une fille. Je l’ai réalisé à la rentrée de deuxième année.

La première grosse soirée de septembre était toujours complètement dingue. Alcool à gogo, animations, seaux de bonbons… Avec Seb, on était surexcités. Surtout que vers une heure du mat’, il a repéré une très jolie fille inconnue de notre entourage. Une nana de première année, cheveux bruns et courts, yeux bleus, corps mince qui bougeait bien. Elle était assez masculine au niveau du look, mais craquante comme tout. Mon mec s’est mis en tête qu’elle était lesbienne et qu’il fallait que je me la fasse.

Ça n’a pas été bien difficile… La vodka aidant, il m’a convaincue d’aller danser avec elle. Cinq minutes plus tard, on était toutes les deux en mode collé-serré sur le dancefloor. Autour de moi, c’est comme si la boîte avait disparu. Je n’entendais plus que la musique et je me perdais dans les yeux de la fille qui me regardait comme si elle voulait me dévorer sur place. J’étais tellement sous le charme qu’au bout de quelques morceaux, je l’ai laissée me prendre par la main et m’embarquer dans les toilettes… Évidemment, Seb a suivi.

Quand la fille a fermé la porte d’une des cabines, j’ai su que j’étais bonne pour passer à la casserole. Elle s’est approchée de moi, les yeux brillants. Là, elle m’a roulée la pelle du siècle. J’en ai eu le souffle coupé ! Elle s’est ensuite mise à genoux et a déboutonné et baissé mon jean, puis a embrassé mon sexe à travers ma petite culotte. J’ai levé les yeux au ciel. C’est là que j’ai vu la tête de Seb. Ce cochon était entré discrètement derrière nous et s’était perché sur le chiotte d’à côté. Il n’a pas perdu une miette de la scène.

La fille, sentant que ses caresses me plaisaient, a baissé mon slip. Elle a trouvé ma chatoune, que j’épilais entièrement à l’époque. Ça lui a manifestement plu, puisqu’elle s’est mise à me lécher avec enthousiasme. Jamais aucun mec n’avait fait ça aussi bien. J’ai plaqué mes mains sur les parois latérales de la cabine des toilettes et elle m’a mangée. En levant la tête, je pouvais voir Seb qui matait. Ses légers tressautements ne laissaient aucun doute : le salaud se branlait.

La fille a fini par remonter et a essuyé sa bouche. Elle avait de la mouille partout… Elle m’a alors plaquée face contre le mur. Et elle a commencé à me doigter, tout en me murmurant des phrases coquines à l’oreille. « Ta chatte était délicieuse, j’aime te doigter comme ça, tu en veux un deuxième ? » Je ne pouvais plus me retenir de gémir, surtout que je savais que mon mec me voyait en train de me faire gougnotter… Quand la nana a mis sa main en crochet et qu’elle a calé deux doigts (l’index et le majeur dans mon sexe, le pouce dans mon anus), j’ai ouvert grand la bouche sous l’effet de la surprise. Elle m’a pénétrée une fois, puis deux, puis trois… J’ai joui en hurlant. La fille est restée enfoncée en moi de longues secondes tout en embrassant ma nuque. Puis elle s’est retirée et a dit de la retrouver sur la piste.

Avant ça, j’ai reçu la visite de Seb, qui a quitté sa planque pour me rejoindre. J’étais tellement humide qu’il m’a enfilée comme une motte de beurre. Et lui, tellement excité qu’il n’a fallu qu’une minute pour qu’il jouisse partout en moi. J’ai quitté la soirée peu après, ivre non pas d’alcool mais de plaisir. Cette histoire a pimenté mes ébats avec Seb pendant plusieurs mois. Et je la raconte régulièrement à mes amants, histoire de les faire bander bien dur.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Le plein d’anecdotes

« J’aurais pu la prendre par derrière, mais je n’ai pas osé. Par contre, je lui ai mis une bonne pétée par devant. Bam ! Bam ! Des coups de reins qui ont fait trembler la bagnole. Le mec faisait une drôle de gueule mais s’est contenté de se branler. La fille, elle, a fermé les yeux et s’est mise à gémir. Je l’ai prise par les hanches et je l’ai bourrée au maximum. Au bout d’un moment, elle a rouvert les yeux et a souri à son mari, avant de partir dans un grand cri de jouissance. » Georges, 62 ans.

Plan hot dans les toilettes

« J’ai craché dans ma main et j’ai tartiné son boule de bave, puis j’ai fait pareil sur ma queue. Au début, j’ai eu du mal à la mettre dedans, vu qu’elle s’était un peu ramollie avec le stress. Mais j’ai vite rebandé. Malia m’a guidé avec sa main, en se cambrant bien contre le lavabo. Petit à petit, je l’ai pénétrée et elle a commencé à faire des ronds avec ses hanches. C’était trop sexy… » Kylian, 19 ans.

À retrouver sur notre plateforme VOD

Les aventures les plus croustillantes de nos lecteurs mises en images par cmsforever.ru
À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru