Des colorants et des amants


La rédaction 19 mai 2019

Kévin, 31 ans, Bordeaux.

Bonjour à tous ! Je m’appelle Kévin et je suis un jeune commercial dans une entreprise de colorants alimentaires. Mon travail est plutôt cool, je rencontre de nombreuses personnes tous les jours, et mes collègues de bureau sont plutôt sympathiques. Sauf Rose que je ne pouvais pas blairer, avant de me la faire… Mais c’est une longue histoire !

Pour tout vous expliquer, Rose est entrée dans l’entreprise il y a à peine 8 mois et elle croyait déjà tout savoir sur tout ! Elle n’arrêtait pas de nous reprendre, de nous montrer quand nous nous trompions, de nous prouver qu’elle savait mieux que tout le monde. Bref, une vraie petite fayotte, et en plus de ça, elle avait réussi à se mettre les faveurs du boss dans la poche ! Comme elle était assez hypocrite, elle réussissait à avoir quelques amis, mais avec moi, son petit manège ne passait pas ! Je n’ai jamais supporté les gens qui sourient face à vous et qui vous font des vacheries dans le dos, et elle, elle était experte là-dedans.

Quand j’ai appris que le boss nous avait mis en binôme pour une mission sur un salon en Belgique, j’ai cru à une mauvaise blague. Mais non, il m’a confirmé que c’était non négociable et que ça nous permettrait d’adoucir nos relations. Bref, je me suis retrouvé avec elle sur un stand à essayer d’appâter des clients des grandes marques de l’agroalimentaire, dans la région bruxelloise. Elle avait bien évidemment sorti le grand décolleté et les talons hauts pour mettre toutes les chances de son côté… Mais j’avais l’impression que ça gênait les clients plus qu’autre chose. Pour mettre un peu d’ambiance, je me suis gentiment moqué d’elle en lui disant qu’on la vendait avec le package global. Ça ne lui a pas plus du tout !

À la fin de la journée, alors que nous remontions jusqu’à notre hôtel en silence, elle m’a juste dit : « Débriefing dans ma chambre, 19 heures », sur un ton sec et autoritaire. Bref, à 19 heures je me pointe devant sa porte, l’air un peu penaud. J’étais peut-être allé trop loin c’est vrai, et il y avait peut-être un petit cœur derrière son attitude de pierre. Elle m’a ouvert, avec son habituel sourire de façade, puis m’a engueulé comme du poisson pourri ! Comportement grossier, manque de professionnalisme, perte de chiffre d’affaires…, bref l’humour ne faisait définitivement pas parti de ses compétences.

En m’excusant, j’ai essayé de me rattraper en lui disant que c’était une façon de lui montrer que je la trouvais assez attirante. Et bingo, ça a marché ! Elle a eu l’air d’abord étonnée : « Ah bon ? Mais comment ? » Et puis elle s’est laissé aller à ma flatterie. En fait, elle avait juste besoin d’être rassurée sur son potentiel de séduction… Ah les femmes !

Plus le temps avançait, plus je la complimentais, plus l’air devenait lourd, plus mon sexe enflait… Je lui ai même dit : « Vous voyez, grâce à vous je bande ! » Et là, ça a déclenché un truc incroyable chez elle. Elle s’est mise à poil lentement, pour que je continue de la complimenter sur son corps. Elle se dévoilait vêtement par vêtement et me demandait mon avis sur chaque partie de son anatomie. C’était assez excitant ! Elle m’a confié que son mari la regardait à peine, qu’il ne la touchait plus.

Tout d’un coup, j’en suis venu à comprendre son comportement et son attitude très hautaine. Je me suis déshabillé aussi, et elle s’est mise sur moi, à califourchon. Nous n’étions plus ennemis soudainement, nous nous touchions avec tendresse, avec amour. Nous nous sommes branlés l’un en face de l’autre… En fait, c’est moi qui ai commencé, elle n’osait pas se toucher devant un inconnu. Puis, excitée par ma queue bien raide, elle n’a pas pu s’empêcher de se donner du plaisir elle aussi. Nous étions attentifs aux gestes de l’autre, comme deux jeunes qui découvrent leur sexualité. C’était vraiment un moment absolument magique, tout en douceur.

En quelques minutes à peine – il faut dire qu’elle était quand même bien bandante cette Rose – j’ai éjaculé sur elle, entre ses deux petits seins et j’ai photographié mon foutre.

« Tu vois que tu es jolie ? » lui ai-jedemandé en lui montrant les photos. Elle a acquiescé en souriant.
C’est la première et dernière fois que j’ai eu une aventure avec Rose, nous sommes aujourd’hui plutôt de très bons amis. Mais depuis, elle est beaucoup moins chiante au bureau !

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Pizza Hot

« À ma grande surprise, sur le pas de la porte se tenait, non pas l’homme qui m’avait répondu au téléphone, mais une femme, la trentaine bien conservée, jolie, maquillée et avec un sourire splendide ! » Elisa. 

Un moment d’égarement

« Elle partageait visiblement ce souhait car elle m’a offert sa langue avec entrain quand j’ai posé ma bouche sur la sienne. Nous avons décidé d’oublier, l’espace d’un instant, l’échec de notre histoire, nos petites querelles, nos partenaires actuels, et nous nous sommes laissés aller. » Alain. 

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Avis aux voyeurs !! Les caméras de surveillances sont partout…Et tant mieux, car cela nous offre des images volées très très coquines.


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru