Blanco Cavallo


La rédaction 29 avril 2019

Ludo, 26 ans, Brest.

J’adore les Italiennes ! Surtout depuis que j’ai fait la rencontre de Sylvia, une petite latine à la peau bien bronzée. Nous nous sommes rencontrés sur une plage de la Méditerranée. Elle faisait tranquillement bronzette avec ses copines qui riaient fort et qui se passaient des magazines féminins. De la bande, c’est tout de suite sur elle que j’ai flashé. Je l’avais repérée de loin et avais avancé mes affaires de plage pour me retrouver à quelques mètres d’elle. De là, je pouvais beaucoup mieux observer ses faits et gestes. Ses seins bien fermes ballottaient à travers le haut de son soutien-gorge, et ses cheveux étaient plaqués sur son crâne en petites nattes. J’adorais.

De nature timide, j’ai attendu qu’elle s’aventure seule dans l’eau pour aller lui parler. J’ai toujours été très nul en langue à l’école, je lui ai donc baragouiné quelques mots dans un mélange de signes et d’anglais approximatif. « Hey, bonjourno. Spaghetti ? In my place ? Ti amo… ». Elle s’est moquée gentiment en riant de mon accent et de l’incohérence de mes propos. Elle, elle parlait un français plutôt correct (et je dois avouer que j’étais assez admiratif). Je lui ai demandé si elle pouvait me donner un cours de langue dans le gîte que nous avions loué avec des amis, le temps de quelques heures. Ma méthode de drague n’était certes pas très originale, mais elle avait au moins le mérite d’être efficace ! Sylvia m’a emboîté le pas, non sans essuyer derrière elle les regards amusés de ses copines. « Basta. Elles sont jalouses, c’est tout ! » m’a-t-elle dit en m’agrippant le bras.

Les cultures méditerranéennes avaient décidément moins de problèmes à se faire de nouvelles relations que nous, les Français… Une fois dans ma tanière, je lui ai présenté les quelques potes avec qui j’étais parti en vacances : Luc, Gégé et Amory. Ils n’ont pu s’empêcher de m’adresser des clins d’œil et des pouces levés dès qu’elle avait le dos tourné. Je l’ai gentiment convoyée jusqu’à ma chambre, je voyais qu’elle commençait à les trouver un peu lourds. On s’est assis sur mon lit et là… Je ne savais plus quoi faire ! Je n’osais ni l’embrasser, ni la toucher, ni même la regarder.

J’ai fait semblant de lui poser quelques questions linguistiques et de lui faire traduire des mots basiques, mais elle a secoué la tête en riant. Elle a mis un doigt sur ma bouche pour me faire taire et m’a embrassé doucement. Je n’avais pas l’habitude d’aller aussi rapidement avec une fille, pour être honnête j’étais un habitué des râteaux depuis longtemps. Sylvia était tellement belle et décomplexée, j’avais presque l’impression que toute cette scène était rêvée ! Elle a soulevé son t-shirt en me demandant de lui caresser les seins. Je l’ai fait en pinçant doucement la pointe de ses tétons. Un petit sourire coquin était toujours bloqué au coin de ses lèvres. Elle a ensuite enlevé le bas, une petite jupe noire adorable et son maillot de bain, les deux d’un coup. Me rendant compte que j’étais habillé et elle entièrement nue, j’ai retiré tous mes vêtements à la hâte. Ça l’a fait rire.

Elle a saisi mon sexe qui s’est mis à bander presque instantanément. Elle l’a pris en bouche comme d’autres prennent une glace. Mmm… Les Italiens et les glaces, une longue histoire d’amour ! Je l’ai embrassée sur tout son corps : son ventre, ses fesses, son cou, ses mains. Elle s’est allongée sur mon lit, dans mes draps encore sales, et je l’ai pénétrée en missionnaire. Ses jambes sont venues se serrer autour de mes flancs pendant que je lui assenais des à-coups profonds et maîtrisés. Elle riait encore entre deux gémissements. Ça la faisait hoqueter légèrement, elle s’amusait de la situation. J’ai joui en elle en la regardant droit dans les yeux, je me serais cru dans un mauvais film romantique.
Elle s’est relevée et s’est rhabillée assez rapidement. Ses copines étaient en train de s’inquiéter, il fallait qu’elle les retrouve rapidement. J’ai pris son numéro et lui ai payé le taxi.

Quand je lui ai envoyé les photos par message, le lendemain, en lui donnant rendez-vous sur la plage, elle m’a dit qu’elle rentrait aujourd’hui dans son pays.
Depuis nous avons gardé de très bons contacts, et elle m’a même trouvé un surnom « Blanco cavallo ». Luc, Gégé et Amory en ont toujours la bouche ouverte.

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire vous aimerez aussi…

Vacances entre ami(e)s

« Je me suis demandé si elle avait réellement l’intention de m’accueillir dans cette tenue. Je me suis encore attardé quelques minutes à admirer ses superbes seins hâlés aux larges aréoles foncées, à laisser mon imagination voltiger en espérant pouvoir un jour les caresser, tandis qu’un début d’érection s’emparait de moi. » Phil.

Dans l’eau avec Laetitia

« Laetitia a recommencé à sucer sa glace comme la veille en me regardant, ce qui avait l’air de beaucoup amuser sa nièce. Puis elle s’est levée et m’a invité à faire une balade sur la plage avec elle. Après quelques dizaines de mètres, nous avons escaladé de gros rochers, et derrière, nous avons trouvé une petite crique à l’abri des regards. »Luc.

À retrouver sur notre plateforme VOD 

Ils s’aiment, sont en couple et souhaitent immortaliser leurs ébats sous l’œil indiscret de notre caméra. Nous retrouvons aujourd’hui Héléna et Damon en couple depuis deux ans, David et Isabelle qui adorent l’anal et Kim et Théo deux jeunes étudiants. Ces trois couples vont se livrer sur l’intimité de leur amour et vous en faire profiter en images.


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru