Tchétchénie : Pour Ramzan Kadyrov, les gays sont des démons


Fernand Satan 18 juillet 2017

Dans une interview accordée à la chaîne HBO Sport ce 14 juillet, le président tchétchène va jusqu’à nier l’existence de personnes homosexuelles dans la province du Caucase.

« Ce sont des démons »

Dans une enquête parue le 1er avril, le journal russe d’opposition Novaya Gazeta révélait l’existence d’une vaste répression contre les homosexuels enlevés, détenus et torturés par les autorités en Tchétchénie. Invité à s’exprimer sur ses persécutions, Ramzan Kadyrov nie toute implication : « Nous navons pas ce genre de personnes ici. »

Trois mois après les faits, le dirigeant tchétchène a accepté d’évoquer brièvement le sujet, lors d’un entretien accordé à l’émission américaine Real Sport, diffusée sur HBO. « Pourquoi il est venu ici ? Cest quoi lintérêt de ces questions ? » a t-il répondu, visiblement embarrassé. Avant de nier la présence de personnes homosexuelles en Tchétchénie  : « Nous navons pas de gays et sil y en a, emportez-les au Canada. Emmenez-les loin d’ici pour que nous n’en ayons pas chez nous, pour purifier le sang de notre peuple. »

« Mais les témoignages des jeunes gens torturés, ça ne vous pose pas de problème en terme de ce qui est légal ou pas dans votre pays ? » a insisté le journaliste. Kadyrov a alors franchi un cran dans la violence de ses propos : « Ce sont des démons. Il faut s’en débarrasser, ce ne sont pas des hommes. Dieu les punisse pour ce dont ils nous accusent. Ils devront en répondre devant le Tout-Puissant. »

Des déclarations qui font froid dans le dos…

Les persécutions continuent

Les persécutions contre les homosexuels, qui avaient cessé durant le ramadan, ont repris de plus belle en Tchétchénie depuis la fin de cette période de jeûne musulman, a affirmé l’ONG Russian LGBT network (réseau LGBT russe).

« Depuis la fin du ramadan, les détentions ont repris. Pendant le ramadan, il n’y en avait plus », a déclaré Igor Kochetkov, le directeur du réseau LGBT russe, dans un entretien avec l’AFP réalisé à Paris. « Des dizaines de personnes nous contactent sur notre hotline. Ils nous disent qu’on essaie d’accuser les gays sous de fausses preuves, qui vont du cambriolage au terrorisme. Cela se passe maintenant. C’est tout récent », s’est-il inquiété.

Le journal Novaya Gazeta affirme de son côté que plus d’une centaine d’homosexuels avaient été arrêtés en Tchétchénie ces derniers mois, un pays dans lequel les autorités incitent les familles de ces personnes à les tuer pour « laver leur honneur ».

A lire aussi : « Persécution et torture : Le quotidien des homosexuels tchétchènes »


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru