Piratés, les robots sexuels pourraient vous tuer


Fernand Satan 13 septembre 2017

Des robots sexuels dotés d’une intelligence artificielle, et capables de tuer les humains ? Non il ne s’agit pas du scénario de Terminator. Un expert en cybersécurité affirme qu’une fois piratées, les poupées robotisées peuvent se retourner contre leurs utilisateurs.

Piratés, les robots sexuels pourraient vous tuer

Quand les robots se retournent contre leurs utilisateurs

Elon Musk a pointé à maintes reprises les risques de l’intelligence artificielle. Le fondateur de Tesla estime qu’elle représente une menace pour l’humanité. Et ses craintes pourraient être fondées…

Grâce au développement de l’intelligence artificielle, les partenaires humanoïdes commencent peu à peu à s’immiscer dans nos vies. Des robots qui ressemblent à s’y méprendre à des êtres humains et qui sont capables d’accomplir différentes prouesses sexuelles, y compris la fellation. Mais l’expert en cybersécurité australien Nick Patterson a surtout exprimé son inquiétude quant à l’émergence des poupées sexuelles. Selon lui, ces robots dotés d’une intelligence artificielle pourraient échapper au contrôle des humains et se retourner contre eux. Non pas parce qu’ils seraient capables de développer leur propre conscience dans un scénario apocalyptique à la Terminator, mais puisque ces poupées robotisées, comme le souligne Patterson, peuvent facilement tomber sous le contrôle de hackeurs et être détournés de leurs usages.

Plus facile à pirater qu’un téléphone ou un ordinateur

Des modèles dont le logiciel serait beaucoup plus vulnérable que celui d’un smartphone ou d’un ordinateur personnel, affirme Patterson. « Des pirates peuvent facilement prendre les commandes d’un tel robot afin d’en contrôler les bras, les jambes et autres accessoires qu’ils manipulent, comme un couteau » indique t-il au . Une fois piraté, le hacker pourrait le transformer en véritable machine à tuer. « La dernière chose que vous voulez c’est un pirate informatique qui prend possession de votre robot sexuel. Il l’utilisera pour prendre avantage de la situation ou provoquer des dommages » poursuit Patterson.

En conséquence, il préconise aux constructeurs de doter leurs prototypes d’un système d’exploitation autonome et décentralisé afin d’éviter que le robot ne commette l’irréparable.

A lire aussi : « Les robots meilleurs amants que les humains ? C’est pour demain ! »


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru