Quand un élu anti-IVG demande à sa maîtresse d’avorter


Fernand Satan 9 octobre 2017

Le parlementaire républicain Tim Murphy, ouvertement hostile à l’avortement, a annoncé qu’il ne se représenterait pas à un nouveau mandat. La déclaration fait suite à la publication de messages où il demandait à sa maîtresse d’avorter.

« Ça ne te posait pas problème de me demander d’avorter »

Tim Murphy, farouchement opposé au droit à l’avortement, se félicitait en janvier dernier du vote d’une proposition de loi visant à couper le financement public des IVG. « Notre nation honorera la vie dès le moment de la conception » annonçait-il fièrement à l’époque. Ironie du sort puisqu’une semaine avant cette déclaration, Murphy avait demandé à sa maîtresse… d’avorter.

Shannon Edwards, la femme avec qui il avait une liaison, vient de divulguer à la presse des messages compromettants, dans lesquels son amant l’enjoignait de mettre fin à sa grossesse. « Tu n’as aucun problème à afficher partout tes positions pro-vie (anti-avortement, ndlr) alors que ça ne te posait pas problème de me demander d’avorter encore la semaine dernière » a écrit la femme, qui au bout du compte n’était pas enceinte.

Une retraite anticipée

« Je ne les ai pas écrits. Ce sont mes collaborateurs. Quand je les ai lus, j’ai grimacé. Je leur ai demandé de ne plus en écrire. Je le ferai moi-même » s’est justifié Tim Murphy qui a tout de même continué à publier des messages pro-vie. Hypocrisie quand tu nous tiens…

Dans ces circonstances et après 16 années de mandats, Tim Murphy a d’ores et déjà annoncé qu’il ne se représenterait pas aux prochaines élections « Après en avoir parlé avec ma famille et mes collaborateurs, j’ai pris la décision de ne pas me représenter au Congrès la fin de mon mandat« .

Comme le rapporte le , Tim Murphy n’est pas le premier conservateur qui va à l’encontre de ses positions idéologiques. Scott Desjarlais, un élu républicain, avait fait pression sur son ex-femme et sa maîtresse à pour qu’elle avortent.

A lire aussi : « Au Texas, les assurances ne prendront plus en charge les avortements, même en cas de viol »


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru