Taboob : le compte Instagram qui défi la censure


Clarisse Luiz 15 juillet 2019

En affichant des photos de seins nus sous forme d’oeuvres d’art, ce compte Instagram déjoue les algorithmes de la plateforme.

Instagram est avec Facebook le réseau social le plus conservateur du net. Mais parfois, les règles de censure contre la nudité semblent aléatoire. Pour comprendre exactement comment fonctionne les algorithmes du site, deux Belges se sont lancés dans une expérience simple et intelligente.

Jasper Declercq et Noortje Palmers ont créé le compte Instagram  où ils mettent en scène des poitrines féminines sous toutes les coutures. Ils définissent leur enquête comme « une investigation artistique de la définition de la poitrine féminine par Instagram« .

Des règles de censure grotesques

Selon les règles d’Instagram, les contenus « violents, nus, partiellement nus, discriminatoires, illégaux, haineux, pornographiques ou sexuellement suggestifs » seraient interdits. Pourtant, un des débats qui revient le plus souvent est celui du floutage du corps des femmes, et particulièrement celui des tétons. Car si la nudité est supposée être interdite, le téton masculin ne pose lui aucun problème. Les hommes peuvent sans aucun souci s’afficher torse nu alors que les femmes voient leurs photos censurées par le réseau.

Des seins nus en guise d’oeuvre d’art

Les deux créateurs ont eu l’idée de transformer des poitrines féminines en œuvre d’art en les décorant ou en les retouchant sur Photoshop. Bonbons, ficelles, couche de peinture, ou plastique, les tétons sont entourés de différents artifices. Et comme prévu, certaines publications du compte n’ont pas font pas long feu. Là encore, Instagram a considéré ce contenu comme objet de censure. Les photos ont été supprimées, jusqu’à la fermeture totale du compte seulement deux jours après sa création

« C’est ce qui vous attend si vous contestez l’algorithme d’Instagram avec des photos de seins, ou plus précisément de tétons féminins«,  explique le duo à .

Face à cette fermeture, Jasper et Noortje ont créé un deuxième compte qui réunit déjà près de 25 000 abonnés. Pour l’instant, ils continuent de poster leurs publications dérangeantes. Mais jusqu’à quand ? 

Dénoncer le manque de cohérence d’Instagram

Avec cette investigation qui s’inscrit dans le mouvement Free the Nipple, les deux Belges veulent tester les limites d’Instagram et dénoncer ses règles de censure abusives.

« Nous avons numéroté chaque photo pour pouvoir compter celles qu’Instagram bloquait. Entre-temps, notre compte a été complètement supprimé. Mais ce qui est frappant, c’est que ce sont les seins blancs qui ont d’abord été retirés. Tous les seins bruns étaient encore en ligne. Comme si leur standard était une poitrine blanche… », ajoutent Jasper et Noortje.

L’enquête de Taboob confirme bien que les algorithmes Instagram agissent de façon insensée, puisque certaines publications sont censurées alors que d’autres non. Il n’est donc pas possible de tirer de conclusions quant à ce que le réseau considère comme un téton choquant ou pas.

(Photo à la une : Taboob_Official)

À lire aussi…

« Jouissance Club » : le compte Instagram qui lutte contre la censure

Ce compte Instagram est dédié au fruit porn


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru