Des lances-flammes anti-pervers commercialisés en Chine


Fernand Satan 25 juillet 2017

Pourquoi mettre un coup de genou dans les testicules d’un harceleur quand on peut dégainer un lance flamme ?

Un lance-flamme pour se protéger des pervers

Oubliez les bombes lacrymogènes et les tasers. En Chine, la lutte contre le harcèlement de rue a pris une nouvelle dimension. Conscients de ce fléau, nombreux sont les commerçants qui ont décidé de surfer sur cette tendance pour s’en mettre plein les poches. Face à l’augmentation importante du nombre d’agressions, des vendeurs proposent sur leur site Taobao une solution radicale : le lance-flamme miniature. Présentés comme l’arme « anti-pervers » par excellence par nos confrères du Telegraph, ces appareils sont destinés aux femmes qui souhaitent se protéger d’éventuelles avances d’un mec flippant.

A en croire les vendeurs, ces objets peuvent « brûler ou défigurer l’assaillant », mais un autre commerçant assure au Beijing Youth Daily que si le lance-flamme « peut laisser une cicatrice permanente, il s’agit d’une arme non létale, parfaitement légale. »

Les Chinoises désireuses de se défendre devront débourser jusqu’à 300 yuan, soit environ 40 euros, pour acquérir le must have de l’arme anti-pervers.

A lire aussi : « Harcèlement sexuel et trans-porcs en commun »

Des flammes de 1800° !

Plusieurs modèles sont proposés à la vente, mais les produits les plus puissants projettent des flammes de et diffusent des flammes qui peuvent atteindre les 1800 degrés Celsius. De quoi freiner les ardeurs de certains agresseurs !

Le problème, c’est que cet objet est illégal. Les autorités chinoises condamnent fermement l’utilisation de ces lances-flammes de poche…sauf que ces petits briquets magiques sont toujours commercialisés et leurs ventes ne cessent de croître. Certains magasins en vendent d’ailleurs plus de 300 par mois, peut-on lire sur le .

De son côté, le commerçant préfère mettre en avant l’effet dissuasif de l’engin : « Les flammes et leur température très élevée permettent de repousser les voyous ».

Avis aux amatrices. Mais prenez garde mesdames : jouer avec le feu, c’est dangereux !

A lire aussi : « Siège à pénis » : La lutte cocasse du Mexique contre le harcèlement sexuel »


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru