Un « club des câlins » dédiés aux hommes gays et bi


Clarisse Luiz 24 avril 2019

Un club de câlins purement platonique fondé sur l’intimité homme-à-homme rencontre de plus en plus de succès ! Qui a dit que l’intimité passait forcément par le sexe ?

Qui veut un câlin ?

C’est en 2014 dans la grande ville de Londres que le Gay Cuddle Club a vu le jour. Son objectif ? Réintroduire les hommes gays et bisexuels qui se sentent isolés à l’intimité physique. Pour Miguel Chavez le fondateur du club si ces hommes se sentent seuls, c’est en grande partie parce que Londres est une ville avec « un manque de communication ». Selon lui, « c’est une grande ville, où tout va très vite. Vous allez acheter un café, vous ne pouvez même pas parler à la personne qui vous le sert. » Selon une , ce sentiment de solitude serait partagé par 9 millions de britanniques et la communauté LGBT+ n’est malheureusement pas épargnée.

Étant lui-même un homme homosexuel, il a expliqué à avoir remarqué le manque de relations purement platoniques qu’il avait avec d’autres hommes de son entourage.

Il a donc créé le club pour tous les hommes gays et bisexuels car pour lui « les câlins sont « un moyen de rappeler à tout le monde de ralentir, de se détendre et de se connecter ». Ce qu’il veut avant tout, c’est mettre à disposition à la communauté gay et bisexuelle un espace pour faire des rencontres placées sous le signe de l’échange et de la bienveillance.

« Ce n’est pas une orgie »

Chaque séance du Gay Cuddle Club dure environ deux heures et comprend des massages amicaux et des câlins.  Sur la page, la description d’une séance est la suivante : « C’est un groupe pour tous les hommes gays et bisexuels intéressés par la spiritualité, l’amour, les câlins, la guérison de l’énergie, l’intimité, la connexion avec d’autres hommes à Londres. »

Si aucune référence à une quelconque activité sexuelle n’est faite, Miguel explique qu’il y a toujours une certaine confusion : « Quand j’ai commencé, les gens pensaient vraiment que c’était une orgie ! J’ai déjà vu des personnes sortir leur pénis et commencer à se branler ». Pourtant le fondateur est catégorique : il n’y a pas de sexe, seulement des câlins et une connexion spirituelle. Les membres n’ôtent d’ailleurs jamais leurs vêtements. Il comprend quand même pourquoi son club peut inspirer des pulsions sexuelles : « L’intimité que l’on crée au sein club est tellement forte qu’il arrive que les gens pensent que ça va se terminer par du sexe. C’est vrai que souvent quand il y a de l’intimité, il y a une relation sexuelle derrière. » 

Malgré cette confusion, le concept de Miguel a tellement plu que le club compte aujourd’hui 5000 membres, attirant jusqu’à 40 hommes par session ! À quand un club des câlins en France ?

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

1000£ d’amende pour avoir fait un plan à trois dans le métro

Persécution et torture : le quotidien des homosexuels tchétchènes


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru