Israël et le harcèlement sexuel dans les boîtes de nuit


Julia Malano 11 décembre 2017

Une politique de la tolérance zéro a été mise en place pour garantir la sécurité des femmes face au harcèlement dans les boîtes de nuit.

L’association Layla Tov

En pleine crise dû à l’affaire Weinstein et l’ouverture de la parole des femmes sur le harcèlement sexuel, cette association tombe à pic à Tel-Aviv.

, il y a deux ans, elle se veut défendre les femmes contre le harcèlement sexuel, à s’assurer de la sécurité dans leurs vies personnelles et professionnelles. Après une récolte de dons suffisamment élevée pour pouvoir et pour embaucher un responsable des campagnes de sensibilisation, l’association parvient à mettre en place une politique de tolérance zéro dans plus de 50 lieux nocturnes différents de Tel-Aviv.

A la suite de demandes réalisées auprès des gérants des clubs les plus populaires de la ville, l’élaboration d’espaces de soutien se construisent à l’intérieur de ces établissements. Ils rendent ainsi possible à toutes les femmes le signalement des comportements indécents au personnel afin qu’ils puissent réagir en conséquence. Une formation annuelle et obligatoire sera organisée pour au minimum 75% des employés.

Un démarchage qui a réussi ! Le patron du Kuli Alma de Tel-Aviv, Jonathan Lipitz, un des lieux les plus populaires de la ville, s’enthousiasme de cette initiative « Quand je suis sorti de cette réunion, j’étais plein d’admiration pour ces femmes qui ont décidé de prendre les choses en main et pour le courage dont elles font preuve pour faire remonter les problèmes à la surface et créer des connexions. En tant que personne et en tant que patron du Kuli Alma, je me devais de faire partie de ce projet. » 

Un long chemin les attend pour créer des espaces de sécurité dans chacune des boîtes de nuit de Tel-Aviv et de ses alentours ! A travers des campagnes publicitaires chocs et créatives, la fondatrice espère bien modifier durablement les esprits.

Les femmes seules victimes ?

La France n’est pas le pays le plus touché par ces abus sexuels, cependant les chiffres restent élevés. démontre que 580 000 femmes mais également 197 000 hommes sont victimes d’agressions sexuelles. Comme quoi, les violences ne se déclinent pas qu’au féminin…

À lire également : des selfies face au harcèlement de rue?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru