Mia : sexuellement soumise


La rédaction 27 septembre 2016

Mia, 38 ans, est soumise, ce qui ne veut pas dire masochiste dans son esprit. Les fessées oui, mais c’est son maximum. Elle aime l’idée de devoir s’offrir entièrement à ses partenaires dans des contextes où elle ne peut rien leur refuser. Depuis plusieurs mois, elle anime un blog où elle publie des textes érotiques aux saveurs très épicées. Dernièrement, elle vient de signer son premier roman Mia sans dessous, un mélange de fantasmes et d’histoires réellement vécues.

miasansdessous

cmsforever.ru : Mia, sans dessous, vous ne portez vraiment jamais de petite culotte ?

Mia : Très rarement. Parfois, je suis obligée mais dès que je peux, je ne porte rien. C’est une sensation très agréable à la fois physique et cérébrale. On se sent libre, disponible rapidement au cas où… C’est un jeu avec l’interdit, faire ce qu’on ne devrait pas faire. Il y a toujours ce risque que des gens s’en aperçoivent. Bref, c’est assez excitant.

cmsforever.ru : Vous avez ouvert votre blog, il y a quatre ans. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire des histoires coquines ?

Mia : J’ai commencé à écrire il y a très longtemps. J’avais un journal intime mêlant le vrai et les fantasmes. J’ai écrit aussi des lettres très coquines à des amoureux et des amoureuses. Et puis, appelons une chatte, une chatte. Je mouille en écrivant, et d’écrire certaines choses me donne envie de les réaliser.

A lire aussi >> Eve de Candaulie, la libertine

cmsforever.ru : Quelle est la part de réalité dans ce que vous écrivez ?

Mia : Il y a souvent une part de vrai. Le début du roman par exemple. J’ai vraiment été bonne chez des gens riches et libertins, mais il y avait moins de fessées que ce que j’écris. J’ai fait les vendanges deux fois. J’ai foulé le raisin avec les pieds, pour une journée porte ouverte et j’ai couché avec deux garçons et une fille, mais il y a eu moins de fessées aussi. Dans Mia en mousse, j’ai été invitée par un scientifique à Sète pour ramener des petits requins, mais je n’ai pas couché avec tout l’équipage, juste un flirt poussé.

Bruce Morgan - Mia Sans Dessous

Bruce Morgan – Mia Sans Dessous

cmsforever.ru : Comment êtes-vous passée du blog à la publication de votre premier roman à La Musardine ?

Mia : Deux mois après avoir commencé le blog, j’ai eu envie de mettre des dessins. J’aime beaucoup le travail de Bruce Morgan. J’ai cherché son adresse e-mail et je lui ai demandé si je pouvais publier un de ses dessins sur mon blog. À ma grande surprise, il a accepté. Mon blog lui a plu et il a continué à me faire des dessins originaux. Après environ quatre ans de collaboration et avec son accord, j’ai envoyé un DVD à La Musardine. Peu de temps après, La Musardine me répondait favorablement pour me publier. Bien sûr, les dessins de Bruce ont été un sésame et je suis bien consciente de ce que je lui dois.

A lire aussi >> Carla, esclave et femme libre

cmsforever.ru : Sexuellement, la Mia du roman est identique à vous-même ?

Je suis soumise mais pas maso. Enfin, seulement un peu… Une fessée, oui, ça m’excite mais je n’aime pas la douleur. Mon truc, c’est plutôt les situations humiliantes dans lesquelles je dois obéir. Là, ça peut aller très loin. Je suis une bonne pour des maîtres sévères. Une petite chienne esclave de harem. Une délinquante interrogée par la police dans un pays très répressif. Une détenue dans le chain gang du shérif Arpaio dans le comté de Mariposa. Une prostituée qui a un mac très exigeant… Je pourrais continuer longtemps comme ça.

cmsforever.ru : Quels sont les accessoires que vous possédez pour réaliser vos fantasmes avec vos partenaires ?

Des menottes, un uniforme de soubrette. Le reste, c’est plutôt improvisé.

cmsforever.ru : Comment avez-vous découvert cette nature de sexuellement soumise ?

Je crois que cela a toujours été en moi. Dans mes jeux avec les autres, j’étais toujours, l’indienne que les cow-boys attrapent et ligotent à un arbre ou a voleuse arrêtée par la police et interrogée énergiquement. Parfois même l’esclave ou la pute. Des jeux d’enfants, rien de sexuel… Euh, sauf dans ma tête. Mais je ne veux pas être interrogée par la police pour de vrai !

cmsforever.ru : Et le premier passage à l’acte ?

Il y a quelques années avec une colocataire qui me plaisait. Au début, on a fait des câlins. Elle s’est tout de suite rendu compte de mes tendances et du parti qu’elle pouvait en tirer. Ça a commencé, par : « Mia fait ça. Lave mes culottes. Fais mon lit. Masse moi les pieds. » Toute la panoplie de la relation domination/soumission. Les deux autres colocataires en ont profité aussi bien sûr.

Bruce Morgan - Mia Sans Dessous

Bruce Morgan – Mia Sans Dessous

cmsforever.ru : L’exhibition ?

L’exhibition, j’aime, mais genre, ooops, mon chemisier s’est ouvert tout seul et tout le monde a vu mes seins. Aussi quand le facteur ou des ouvriers viennent chez moi, le matin… Vous voyez, du genre : « J’allais prendre ma douche, je n’ai qu’une serviette sur moi, c’est très gênant… » J’ai aussi un bikini blanc qui devient complètement transparent quand il est mouillé…

(Image à la une : Une du livre « Mia Sans Dessous », crédit : Bruce Morgan)

Pour mieux connaître

Vous pouvez aussi


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru