Lila, stripteaseuse à 24 ans, nous raconte son parcours


Clarisse Luiz 23 avril 2019

Lila, 24 ans, nous raconte sa vie de stripteaseuse derrière les paillettes et les talons hauts…

Lila, stripteaseuse à 22 ans

cmsforever.ru : Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Lila, j’ai 24 ans et je suis stripteaseuse depuis que j’ai 20 ans. J’ai commencé dans des petits clubs et aujourd’hui ça va faire un peu plus de 3 ans que je travaille dans un grand club sur les Champs-Élysées.

cmsforever.ru : Faire du striptease à 20 ans c’est peu commun, non ? Qu’est ce qui t’as poussé à faire ce métier ?

J’ai été indépendante très tôt. À l’époque je faisais des études de gestion en alternance, j’avais un appartement, un loyer à payer… Comme la vie à Paris est assez chère et il me fallait absolument un deuxième emploi. Si je me suis lancée dans le striptease c’était évidemment pour des raisons financières mais pas que. Je n’avais jamais vraiment eu confiance en moi et je voulais voir si j’étais capable de vaincre cette peur du regard des autres. C’était comme un défi.

cmsforever.ru : Travailler pour l’argent c’est une chose, mais est-ce que tu aimes ton métier ? Qu’est ce qui te plait ?

J’adore mon métier à tel point que dès que j’ai eu mon diplôme en poche j’ai totalement laissé de côté mon poste d’assistante gestion pour être stripteaseuse à temps plein. Ce que j’aime avec le striptease c’est sans aucun doute la liberté que j’ai au travail. Toutes les semaines je fais mes propres plannings donc je peux travailler 2,3,4 même 7 jours par semaine si j’en ai envie ! Je peux également prendre des vacances quand je veux puisque nous sommes considérées comme des intermittentes du spectacle.

cmsforever.ru : Tu te considères comme une exhibitionniste ?

Carrément ! Dans mon métier oui, c’est évident. Mais dans la vie de tous les jours avant de me lancer dans le striptease, j’étais très pudique. Maintenant, je pourrais me mettre à poil dans la rue sans aucun problème. Mon métier m’a totalement décomplexée . Il m’a aussi fait découvrir le milieu de la nuit, du libertinage et m’a appris à explorer ma sexualité… Ça m’a complètement libérée.

cmsforever.ru : Est-ce qu’il y a quelque chose qui te déplait ?

Je dirais le regard de certains clients. Ils ne sont pas tous très gentils avec nous, on a l’impression que parfois ils oublient que derrière nos petites tenues et nos talons il y a une vraie personne qui a des sentiments. Ce n’est pas tant le fait de me mettre nue qui me gêne, mais surtout la clientèle et comment ils ont tendance à nous traiter ; pour moi c’est le seul point négatif.

cmsforever.ru : Est-ce que ça te donne envie d’arrêter ?

Non pas du tout ! Si demain j’arrête c’est parce que j’aurais envie de fonder une famille et de prendre un travail un peu plus compatible avec une vie de famille. Mais pour l’instant j’aime mon travail, j’aime ce que je fais, j’aime mes collègues et je gagne assez bien ma vie alors tant que le physique me le permettra je compte y rester !

cmsforever.ru : Si tu arrêtes, tu te vois faire quoi ?

Je pense que l’objectif de toute stripteaseuse c’est de mettre de l’argent de côté pour ouvrir un commerce. C’est le mien en tout cas. Si on fait ce métier c’est que l’on n’aime ne pas avoir de patron, que l’on aime notre liberté de travail, et que l’on ne se voit pas faire du 9 heures-17 heures avec 5 semaines de vacances par an.

cmsforever.ru : En parlant d’argent, quand on dit striptease on s’image tout de suite des liasses de billets qui pleuvent. Alors mythe ou réalité ?

La pluie de billets pendant qu’on danse ? Peut-être à Miami, oui, mais pas en France. Ce n’est pas trop dans notre « culture » je pense. Au niveau du salaire, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup moins d’argent qu’avant mais je ne saurais pas expliquer pourquoi. Tout ce que je sais c’est que c’est un métier très aléatoire : il y a des mois où on peut avoir des gros salaires comme des mois où on peut avoir un salaire de caissière. Malgré tout pour moi ça reste rentable. Mais ne vous imaginez pas qu’on a des fiches de paie à 10 000 euros tous les mois !

cmsforever.ru : Quelle serait ta meilleure expérience de stripteaseuse ? Et ta pire ?

Dans les deux cas je dirais mes rencontres ! On peut faire de très belles rencontres : j’ai rencontré ma meilleure amie, l’homme avec qui je suis actuellement et beaucoup de copines. J’ai rencontré des personnes de toutes les classes sociales, d’âge, d’origine et tous les jours j’en apprends sur les autres. Mais j’ai aussi rencontré des hommes par toujours très délicats là-bas.

cmsforever.ru : Si tu pouvais donner un conseil à une fille qui veut se lancer, qu’est ce que ça serait ?

Il faut garder les pieds sur Terre et ne surtout pas oublier que le striptease c’est avant tout un métier, pas un divertissement. C’est compliqué parce qu’on travaille de nuit, il y a de la musique, on boit… un peu comme une soirée en boite ! Je lui dirais aussi d’essayer de mettre de l’argent de côté, autant qu’elle peut. C’est le plus dur parce que voir qu’on peut gagner de l’argent de cette manière, ça peut faire un peu tourner la tête au début. Mon dernier conseil ? Continuer d’apprécier les hommes malgré tout ce qu’elle pourrait voir.

cmsforever.ru : Qu’est ce qu’elle pourrait voir ?

Rien de bien méchant : des hommes souvent mariés prêts à tout pour assouvir leur fantasme. Ça va du père de famille aux mains un peu trop baladeuses (alors qu’ils n’ont strictement pas le droit de toucher !) au gars à son enterrement de vie de garçon qui te propose 500 euros pour finir la soirée avec lui. Ça fait réfléchir sur le comportement des hommes… On se demande évidemment si son futur mari ira dans ce genre d’endroit, et surtout s’il saura bien s’y comporter !

À lire aussi…

Prostitution : Vénus, 20 ans, escorte, témoigne… 

Le sexe et la loi 


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru