L’interview de Camille je m’en bats le clito


Sensuelle Estelle 27 novembre 2019

Je m’en bats le clito, c’est à la fois un livre publié récemment aux éditions Kiwi et un compte Instagram qui cartonne sur la toile, tenu par Camille, une jeune parisienne de 21 ans. Sur Internet comme sur le papier, Camille se bat pour aider les femmes (et pourquoi pas les hommes), à libérer leur parole et à se débarrasser de leurs doutes et de leur culpabilité concernant leur sexualité. Sincère, attachante, n’ayant pas peur de déranger le politiquement correct, Camille est en train de réussir son pari : donner à la communauté qu’elle a fédérée sur le Web le goût du dialogue et l’envie d’assumer ses désirs.

L'interview de Camille je m'en bats le clito plaisir de la femme sexualité

cmsforever.ru : Qui êtes-vous, Camille ?

Si j’ai choisi de signer mon livre uniquement par mon prénom, c’est pour dire que Camille, ça pourrait être votre sœur, votre copine, votre voisine, votre compagne… Bref, toutes les femmes. Camille, c’est une révoltée qui aimerait que toutes les femmes puissent libérer leur parole. Je suis une féministe mais je ne suis pas anti-hommes. J’aime discuter avec eux, avec les femmes, avec les couples. Nous gagnerons à avancer tous ensemble.

cmsforever.ru : Comment est née Je m’en bats le clito, votre page Instagram ?

Elle est née d’un ras-le-bol ! J’ai fait une école de cuisine et j’ai travaillé dans la restauration pendant plusieurs années. C’était un combat quotidien contre le machisme dans cette profession où les femmes sont minoritaires et peu acceptées. La grande cuisine, c’est pour les chefs et on laisse aux femmes la popote. L’autre ras-le-bol, c’est d’avoir entendu, un jour, une discussion de mecs qui parlaient de la jouissance des femmes, de l’orgasme. Il y avait une méconnaissance énorme de notre plaisir, de nos fantasmes, de notre anatomie et de ce qui faisait ou non jouir une femme. Même si nous sommes toutes différentes.

cmsforever.ru : Quels étaient vos objectifs en créant cette page ?

L’ambition était multiple. L’idée était de faire réagir par l’intermédiaire de punchlines, et de pousser les femmes à prendre la parole sur tout ce qui est encore tabou pour elles : la masturbation, les règles, le plaisir, l’absence de plaisir… Aujourd’hui, il n’y a pas de connaissance réelle du corps, il n’y a plus, ou si peu, de cours d’éducation sexuelle. Les seuls moyens qu’ont les jeunes d’apprendre la sexualité, c’est la pornographie sur Internet.

cmsforever.ru : Quel regard portez-vous sur cette pornographie sur Internet ?

Je n’ai rien contre. Je regarde moi-même des films X de temps en temps. Mais la pornographie doit rester un divertissement, quelque chose de récréatif. Ce n’est pas une plateforme éducative pour remédier au manque de cours d’éducation sexuelle à l’école. Si l’on prend ça comme quelque chose d’éducatif, les hommes vont se sentir complexés par la taille de leur sexe et l’endurance. Quant aux femmes, l’idée qu’un pubis doit obligatoirement être épilé, ou qu’un orgasme arrive en 39 secondes, top chrono, sont aussi des idées que le porno mainstream renvoie et qui sont bien loin de la réalité.

cmsforever.ru : Vous-même, quel type d’éducation avez-vous reçu ?

Une éducation sans tabou. Très open. Chez moi, il y avait une totale liberté d’expression, on était pour l’émancipation des femmes. On me répétait souvent cette phrase : « Surtout ne ferme jamais ta gueule. ». Du coup aujourd’hui, je parle, je m’exprime sur tout et je suis très bien dans ma sexualité.

cmsforever.ru : Comment s’est fait le passage du Web au livre de Je m’en bats le clito ?

J’avais toujours voulu écrire un livre. Le thème était trouvé et cela me permettait de m’exprimer publiquement et de toucher toutes les personnes qui n’ont pas forcément accès à Instagram et aux nouveaux modes de communication. De plus, le livre offre plus de liberté et moins de censure qu’Internet.

(Photos à la une : Camille je m’en bats le clito)

À lire aussi…

L’interview de Karma, cam girl libertine

Interview de Charlotte, jeune femme libertine de 22 ans


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru