Amante Lilli et Mr Sirban : plaisirs au pluriel


Clarisse Luiz 8 mai 2019

Amante Lilli et Mr Sirban forment un couple assez étonnant et sans doute un peu à part dans le milieu libertin qu’ils ont exploré afin de découvrir tous les plaisirs imaginables : échangisme, triolisme, bisexualité féminine… Aujourd’hui, c’est dans l’exhib et la pluralité masculine qu’Amante Lilli éprouve ses plus fortes sensations. Elle nous raconte ses multiples expériences dans un blog aussi riche en textes très bien écrits qu’en photos.

Amante Lilli et Mr Sirban : plaisirs au pluriel

cmsforever.ru : Le libertinage, l’exhib, c’est venu comment ?

Je le dois à Mr Sirban. Il m’a fait tout découvrir alors que j’avais vécu dans une ambiance très catho aussi bien au niveau familial que scolaire. Mais bon, il y avait déjà sans doute en moi une petite coquine qui sommeillait prête à découvrir les nombreux plaisirs du sexe. J’avais 23 ans. Lui était déjà libertin. Chez lui, il laissait traîner des tas de revues pour adultes. Dont cmsforever.ru ! Je les feuilletais, à la fois attirée, intriguée et très curieuse. Jusqu’au jour où j’ai voulu qu’il me fasse découvrir ce qu’était le libertinage.

cmsforever.ru : Cette première expérience ?

Elle s’est déroulée au Cap d’Agde, en juin 2004. Déjà, je me suis sentie fortement troublée de me retrouver sur une plage naturiste. Puis, le soir, nous sommes allés au Glamour. Et là, dans une alcôve, j’ai été caressée par des mains d’hommes, des mains de femmes… J’ai trouvé ça super excitant. Du coup, j’ai voulu approfondir ma connaissance de ce milieu et nous avons multiplié les expériences que ce soit en clubs ou en soirées privées. 

cmsforever.ru : Près de 15 ans plus tard, vos fantasmes ont bien évolué…

Oui ! Aujourd’hui, ma recherche principale, ce sont les relations de pluralité masculine. Rien ne m’excite et ne me fait jouir autant que de devoir satisfaire avec mon corps plusieurs partenaires. Quatre, c’est un minimum pour moi, cinq, six… Et parfois beaucoup plus. 

cmsforever.ru : Et Mr Sirban ?

Il ne participe pas, ou rarement. Son plaisir, c’est de me regarder, de me filmer, de faire des photos pendant que je m’offre totalement à plusieurs hommes. J’aime et je jouis de lui offrir ce plaisir. En situation de gang-bang, notre complicité atteint son paroxysme. Nous pratiquons également le cuckolding. Là, je suis avec un seul partenaire. Je me donne sans retenue à lui tout en humiliant Mr Sirban. C’est du genre : « Regarde, il baise mieux que toi, il a une plus belle bite, lui au moins, il sait me faire jouir… ». C’est un jeu qui nous existe énormément mais nous trouvons hélas peu de partenaire pour le réaliser. 

cmsforever.ru : En lisant votre blog, on se rend compte aussi que dans ces situations plus c’est hard, mieux c’est.

Tout à fait ! Je ne suis pas une soumise au sens BDSM du terme mais j’aime les rapports très crus, être prise virilement et brutalement. J’aime qu’on me fesse, qu’on m’insulte, qu’on me tire les cheveux, qu’on me prenne à la chaîne sans relâche. Je recherche des rapports très directs, sans préliminaire, sans douceur, sans tendresse. J’ai besoin de me sentir prise comme une chienne, considérée comme un objet sexuel, un objet de plaisir. Je suce, mes mains branlent, ma chatte s’ouvre pour accueillir de nombreuses queues… Tout ça jusqu’à l’épuisement. 

cmsforever.ru : Vous vous définissez comme une Hotwife ?

En effet. J’assume une sexualité volage, je couche avec d’autres hommes en présence ou non de mon compagnon qui, de son côté m’encourage à le faire. Du coup, je suis toujours habillée de manière à pouvoir séduire, jupe courte et talons, jamais de culotte ni de soutien-gorge, gel et préservatifs dans mon sac à main… Et si l’occasion se présente, je ne la laisse jamais passer.

(Photo à la une : )

À lire aussi…

Interview de Charlotte, jeune femme libertine de 22 ans

Octavie Delvaux : les mots du plaisir

Étiquette:

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru