Des statues en slip ? À l’Unesco, c’est arrivé !


Sensuelle Estelle 1 novembre 2019

Cette fois-ci, Facebook n’est pas le coupable de cette censure mais bien l’Unesco, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture…

statue slip Stéphane Simon Unesco censure journée du patrimoine

Après les statues du musée du Capitol, la censure s’attaque cette fois-ci aux oeuvres de Stéphane Simon d’une façon plutôt cocasse.

Couvrez ce sexe (d’un slip) que je ne saurais voir

Les statues de l’artiste plasticien ont été mises à l’honneur dans les locaux de l’Unesco, lors des journées du patrimoine du 21 et 22 septembre. La surprise était bel et bien au rendez-vous lors de la découverte de cette statuaire grecque, accompagnée de ces gestes contemporains inspirés de la mode du selfie et de… slips. La raison ? « Pour ne pas heurter certaines sensibilités » est-il écrit dans l’édito Le Point, .

Stéphane s’expliquait dans  : « je comprends qu’elle (la nudité) puisse déranger. Alors j’ai proposé de rester, pendant les Journées du patrimoine, à proximité avec un linge et, si besoin, en fonction des visiteurs, de cacher le sexe des statues ». Mais l’idée ne serait qu’une suggestion de l’Unesco : l’artiste assure que « la question de la nudité des statues a été abordée«, lors du premier repérage de l’organisation en juillet.

Un quiproquo à l’origine de cette suggestion Tartuffienne

Les indignations n’ont cessé de pleuvoir à l’encontre de cette situation absurde et Xavier Flavard ne s’est pas retenu d’exprimer son avis dans Le Point : « c’était très dérangeant de voir ces œuvres altérées de la sorte. L’ajout de ces éléments textiles faisait presque penser qu’il s’agissait d’une publicité pour des sous-vêtements. »

La directrice générale de l’Unesco apporte le fin mot de l’histoire : le cabinet « reconnaît après coup une «erreur», en s’exonérant de toute responsabilité, et en renvoyant vers les services en charge de l’exposition » peut-on lire dans CheckNews. La directrice ajoute que « si le sujet nous avait été remonté, on aurait dit à l’artiste qu’il pouvait, s’il le souhaitait, ne pas mettre de cache-sexe. »

(Photo à la une : )

À lire aussi…

Après la censure d’une toile de Rubens par Facebook, un musée riposte

Le « Musée du vagin » : l’idée culottée d’une britannique

L’identité de « l’Origine du monde » découverte par hasard


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru