Le droit à l’IVG défendu sur les marches du Festival de Cannes


Clarisse Luiz 21 mai 2019

La Croisette se mobilise pour défendre le droit à l’avortement !

Le droit à l'IVG défendu sur les marches du Festival de Cannes - cmsforever.ru

Alors que la 72ème édition du Festival de Cannes bat son plein, ce samedi, le franco-argentin Juan Solanas présentait son documentaire « Que sea ley » (Une loi, vite !), abordant le combat des femmes argentines pour obtenir le droit à l’avortement. « Nous sommes une vague qui ne va pas s’arrêter », « Nous sommes les descendantes des sorcières que vous n’avez pas pu brûler ! », scandaient ces militantes pro-choix sur les marches du célèbre festival.

Les Argentines luttent depuis 2005

Le droit à l'IVG défendu sur les marches du Festival de Cannes - cmsforever.ru

« La campagne pour la légalisation de l’avortement a été lancée en 2005. Cette lutte pour le droit à l’avortement, légal, sûr et gratuit était censée durer trois mois, et regardez-nous, nous sommes encore là ! » explique Victoria, une des héroïnes du documentaires.

Alors que les députés argentins avaient voté une loi autorisant l’IVG pour toutes les femmes, et plus seulement en cas de viol et de danger pour la santé de la mère, le Sénat l’avait finalement rejetée en aout 2018 malgré une mobilisation féministe sans précédent. Depuis ce rejet, le mouvement argentin a grossi et a pris des fortes proportions : « Cette nouvelle vague de féministes est aujourd’hui encore plus puissante que les syndicats ! » se réjouit le réalisateur. Une nouvelle proposition de loi sera soumise aux députés argentins le 28 mai et les militantes ne semblent pas douter de la victoire finale, estimant que 70% de la population argentine les soutient. Un combat également soutenu par de grands noms du cinéma international comme Pedro Almodovar, Pénélope Cruz, Charlotte Gainsbourg ou encore Julie Gayet.

Le droit à l'IVG défendu sur les marches du Festival de Cannes - cmsforever.ru

La lutte n’est pour autant pas encore terminée. C’est pour la continuer et la médiatiser que l’équipe du film s’est rendue à la projection du documentaire dotée de foulards, de robes et de banderoles vertes, symbole de la révolte des femmes de 2018. Sur leurs foulards les militants réclament un « avortement légal, sûr et gratuit ».

L’avortement dans le monde au coeur des débats

Le recul du droit à l’IVG que nous vivons actuellement est une période sombre pour toutes les femmes du monde. Menacé dans des États européens, illégal dans la quasi majorité des pays d’Afrique et d’Amérique du Sud et réprimé dans de nombreux États américains, se battre pour ce droit fondamental semble plus que jamais nécessaire.

Le réalisateur Juan Solanas aimerait que son film aide à « remettre l’avortement au coeur des débats, parce que tout le monde regarde ailleurs en ce moment, et pendant ce temps, des femmes continuent de mourir », raconte-t-il au , car en Argentine c’est une femme qui meurt par semaine des quelques  pratiqués par an.

Comme quoi le Festival de Cannes reste le meilleur endroit pour faire passer des messages politiques.

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

États-Unis : une grève du sexe pour défendre le droit à l’avortement

Près de la moitié des avortements sont pratiqués dans des conditions dangereuses


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru