Contrôler l’âge sur les sites pornos : une technique plus efficace ?


Sensuelle Estelle 31 octobre 2019

Visionner du porno se fait de plus en plus tôt, certains pays veulent limiter son accès aux plus jeunes par vérification de l’âge. Mais les solutions rencontreraient des limites…

pornographie jeunesse contrôle âge reconnaissance faciale limites

21% de jeunes (âgées de 14 à 24 ans) regarderaient du porno une fois par semaine, d’après . Une réalité qui ne cesse d’être en ligne de mire et pour limiter la consommation de X dès le plus jeune âge, des solutions ont été évoquées.

Scanner son visage pour avoir accès au porno

L’agence nationale de sécurité australienne balance l’idée : utiliser un système de reconnaissance faciale pour vérifier l’âge et ainsi donc s’assurer que les jeunes n’auront pas accès à des vidéos pornos. Un enregistrement de document officiels par le ministère, tels que le permis de conduire, sera également nécessaire. Comme l’écrit le ministère de l’Intérieur à une commission parlementaire, : « cela permettrait d’améliorer la vérification de l’âge. Notamment, par exemple, en empêchant les mineurs de se servir du permis de conduire de leur parent pour contourner les contrôles« .

Et d’après , le département du ministère ferait coup double avec cette technologie, qui pourrait réduire l’accès aux sites de jeux d’argent.

Pourtant, l’Australie n’est pas le seul pays à s’être penché sur le problème du libre accès au porno : une loi du Royaume-Uni, qui devait rentrer en vigueur le 15 juillet dernier, comptait imposer aux sites pornographiques à surveiller l’âge de ces utilisateurs.

Des limites quant à l’utilisation de ces méthodes ?

Certains points ont vite été ciblés, en particulier dans cette loi britannique. Pour commencer, les sites pornos ne sont pas tous basés au Royaume-Uni, ce qui rend impossible d’obliger la plateforme à se plier aux règles imposées. Faire figurer ceux qui contournaient la loi sur une « liste noire », ensuite bloqués par les Fournisseurs d’Accès à Internet britannique, aurait pu contrer ce problème. Si des dispositifs, comme les VPN, n’existaient pas !

Le respect de la vie privée a aussi été l’objet de questionnements. Selon la proposition avancée par le gouvernement anglais, le choix revenait aux sites pornos quant à la vérification de l’âge, par exemple avec une carte d’identité ou une carte bancaire. Ce qui peut inclure le risque que ses informations personnelles soient révélées aux yeux de tous, comme en ont été victimes les 1,2 millions d’utilisateurs du site porno Luscious.

Et le problème est également soulevé vis-à-vis du dispositif australien, où députés libéraux et travaillistes craignent de tomber dans un système de surveillance générale, comme . D’autant plus que les jeunes peuvent passer outre cette barrière en utilisant une photo ou un document officiel de l’un de leurs parents.

Si les limites des moyens proposés sont vites pointées du doigt, ce qui a valu l’abandon de la loi britannique, reste à voir comment la solution australienne va évoluer…

À lire aussi…

Politique – financer la pornographie féministe pour lutter contre le sexisme

Porno : il y a aussi des effets positifs !


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru