Conférence internationale sur le Sida : Entre espoirs et inquiétudes


Fernand Satan 24 juillet 2017

Alors que la conférence internationale de recherche sur le Sida s’est ouverte ce dimanche à Paris, le dernier rapport de l’ONU, publié jeudi, apporte une lueur d’espoir : Le nombre de morts du sida a en effet chuté de moitié dans le monde en dix ans.

Maintenir le virus du sida en sommeil

Plus de 6000 experts du sida se réunissent à Paris du 23 au 26 juillet pour faire le point sur les avancées de la recherche contre l’épidémie.

Il sera bien entendu question d’un hypothétique vaccin, mais 34 ans après la découverte de la maladie, celui-ci semble encore bien loin. Les chercheurs butent en effet sur un problème de taille : la capacité du virus à se dissimuler dans certaines cellules du système immunitaire. Il reste ainsi caché et attend la fin du traitement pour réapparaître. La recherche s’emploie donc à maintenir le virus en sommeil le plus longtemps possible en limitant les effets secondaires des traitements et en améliorant les moyens de prévention.

« Éradiquer complètement le virus du corps d’un malade, c’est très difficile, voire impossible«, estime Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), un organisme public de recherche américain.

A lire aussi : « Le vaccin du sida : pas pour tout de suite »

 

Le sida fait deux fois moins de morts qu’il y a 10 ans

 

Un million de personnes sont mortes de maladies liées au sida en 2016, soit presque que moitié moins que le pic atteint en 2005 (1,9 million), selon un rapport de l’ONU publié jeudi, qui affirme que « la balance a enfin penché » du bon côté dans la lutte contre l’épidémie. Plus de la moitié des malades dans le monde sont désormais sous traitement : « En 2016, 19,5 millions de personnes, sur les 36,7 millions qui vivent avec le VIH, avaient accès aux traitements » souligne le rapport. En France, plus de 150.000 personnes vivent aujourd’hui avec le VIH, et 6.000 personnes sont contaminées chaque année.

Par ailleurs, le nombre de nouvelles contaminations au VIH a lui atteint 1,8 million, en baisse régulière année après année. Mais ce rythme est encore trop lent pour pouvoir espérer freiner l’épidémie et atteindre l’objectif de seulement 550 000 contaminations en 2020.

A lire aussi : « 2030 : La fin du sida »


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cmsforever.ru